Le bonus-malus automobile : taxe, taxe et taxetéra

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Pierre Chasseray Publié le 18 septembre 2013 à 3h24

La planète a bon dos dès qu'il s'agit de taxer toujours davantage. En durcissant encore la part de malus sur l'achat de véhicule neuf, le Gouvernement veut ajouter une taxe qui ne dit pas son nom mais qui ne favorise pas le pouvoir d'achat des Français.

« 40 millions d'automobilistes » demande la suppression pure et simple du système du bonus-malus automobile car il est injuste socialement et il n'est pas rentable économiquement. Le bonus-malus n'a jamais fait ses preuves et de durcissement en durcissement touche de plus en plus de ménages français. Bien au contraire le parc automobile ne cesse de vieillir et la chute de la vente automobile en France n'est toujours pas endiguée.

Il s'agit de taxer une fois de plus l'automobiliste !

Est-ce vraiment le bon moment pour taxer un peu plus l'industrie automobile qui tourne déjà au ralenti ? Quant à l'argument écologique il ne fait que renforcer le sentiment des Français d'être victimes de la taxe taxe et taxetéra.

« Aujourd'hui, ce système n'atteint pas ses objectifs. Ce n'est pas en le durcissant que l'on va redémarrer le marché de la vente automobile. En France, cette politique autophobe ne fait que participer à accroitre les chiffres du chômage. Cet entêtement à toujours penser sous forme de taxe fait que nous ne fabriquons plus de voitures mais que des chômeurs » conclut Daniel Quéro, Président de « 40 millions d'automobilistes ».

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Pierre Chasseray est délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes.www.40millionsdautomobilistes.com

Aucun commentaire à «Le bonus-malus automobile : taxe, taxe et taxetéra»

Laisser un commentaire

* Champs requis