Renault : « On est là pour construire pas pour démolir », dit Ayrault

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Tugdual de Dieuleveult Modifié le 21 janvier 2013 à 14h40

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a indiqué lundi à Saint-Nazaire qu'il ne demandait pas de départ à la tête du groupe Renault, mais a réclamé plus de transparence de la part de l'industriel sur sa stratégie de développement. "On en est pas à demander le départ de tel ou tel. On est là pour construire, pas pour démolir", a déclaré lundi Jean-Marc Ayrault en visite sur le site de la future usine Alstom à Montoir-de-Bretagne.

Ces déclarations interviennent alors que le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé lundi sur RTL qu'il était nécessaire selon lui de "s'interroger sur la possibilité pour Renault d'avoir un PDG qui soit plus performant dans la stratégie de Renault". Le Premier ministre a estimé qu'à ses yeux, "parfois on a du mal à se faire une idée de la stratégie de tels groupes industriels". "Il est normal que l'Etat demande à ces groupes le maximum de transparence, ce qui n'est pas toujours le cas. Ce que nous souhaitons, c'est que les dirigeants de ces groupes automobiles disent clairement quelle est leur stratégie de développement", a ajouté Jean-Marc Ayrault.

"Nous ne voulons pas laisser tomber l'industrie automobile. Les groupes connaissent une baisse commerciale très importante mais, justement, il faut pas baisser les bras. L'industrie a un avenir et l'industrie automobile aussi à condition de faire les bons choix stratégiques qui n'ont peut-être pas toujours été faits", a-t-il encore indiqué.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.

Laisser un commentaire

* Champs requis