Reconditionné : l’UFC accuse BackMarket de pratiques commerciales trompeuses

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 15 juin 2022 à 9h35
Free Flex Location Smartphone 1
5 MILLIARDS €BackMarket est valorisée plus de 5 milliards d'euros.

Le secteur du reconditionné, véritable atout pour faire face à la multiplication des déchets électroniques mais aussi à la hausse généralisée des prix dans le domaine de la high-tech, est dans le collimateur de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir. Dans un communiqué de presse publié le 15 juin 2022, cette dernière annonce déposer une plainte contre le géant BackMarket.

BackMarket : des prix présentés comme des promotions

Dans le communiqué de presse annonçant la plainte pour « pratiques commerciales trompeuses », l’UFC-Que Choisir détaille les raisons de son action. En premier lieu, l’affichage des prix. « Les prix affichés sont présentés comme des promotions auxquelles sont habitués les consommateurs, en faisant apparaître un prix barré et un prix réduit, ainsi que le pourcentage de réduction correspondant », écrit l’association.

Or, cette dernière estime que l’affichage est trompeur. S’il reprend les codes des promotions qu’on trouve dans le commerce, prix barré et nouveau prix, BackMarket compare « deux produits différents ». Le prix barré correspond au prix du produit neuf, alors que le produit vendu est reconditionné et donc de deuxième main.

Frais cachés, garantie commerciale et cookies…

Autre critique faite à BackMarket : des frais cachés. D’un montant de 5,99 euros et facturés « systématiquement » au client, ces frais, souligne l’UFC-Que Choisir, « n’apparaissent qu’à l’étape du paiement ». Or, ils n’apparaissent pas dans les prix affichés, ce qui est pour l’association une manière de contrevenir à la réglementation en vigueur.

D’autres critiques sont également faites à BackMarket : une « garantie commerciale très exagérée » qui présente une garantie de 12 mois… alors que la loi lui impose et que, de plus, la garantie réelle est de 24 mois selon la réglementation française et européenne.

Enfin, l’UFC-Que Choisir décrie les pratiques du site spécialisé dans la vente de produits reconditionnés en termes de cookies Internet. « Notre équipe de juristes a constaté que des cookies de tracking étaient déposés alors même que l’internaute les avait refusés. »

L’association de défense de consommateurs a donc décidé de porter plainte auprès du Tribunal judiciaire de Paris pour « pratiques commerciales trompeuses » pour toutes ces raisons, espérant surtout que l’entreprise change ses pratiques au profit de plus de clarté et tranparence pour le consommateur.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio