Coup de pouce carburant : combien de centimes ?

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 23 août 2012 à 6h08

Ecodigest du jeudi 23 août 2012 (1) – Combien de centimes pour le coup de pouce carburant du gouvernement ? Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé « une mesure unilatérale de baisse des prix des carburants qui se rapprochent de leur plus haut historique. Dans les stations les plus chères de France, essentiellement concentrées dans le centre de la capitale, le sans plomb dépasse par endroits les 2 euros, le diesel 1,90 euros. Autant dire que la promesse électorale de François Hollande de bloquer les prix des carburants s’ils s’envolaient est attendue. Elle est pourtant délicate à mettre en œuvre : un centime de taxe sur les carburants en moins, c’est 500 millions d’euros de trou dans le budget de l’Etat ! De facto, 10 centimes de coup de pouce pour un mois, par exemple pour tout le mois de septembre, reviendrait bien à un demi-milliard. On peut donc plutôt s’attendre à une baisse modeste des taxes sur les carburants, de l’ordre de deux ou trois centimes, sur quelques semaines, ce qui coûtera bien quand même au moins quelques dizaines de millions d’euros au budget de l’Etat, pour un bénéfice individuel quasi insensible pour les consommateurs, conformément à la loi des grandes masses.

Le prochain dossier chaud pour le gouvernement sera… l’arrivée du froid, obligeant des millions de Français à faire « rentrer du fioul », fioul dont les prix dépassent également 1 euro le litre, quand ils étaient souvent sous les 90 centimes l’hiver dernier. Sur 2500 litres de fioul, un minimum pour tenir si l’hiver est long et froid comme l’an dernier dans une maison individuelle, 10 centimes font 250 euros en plus…

- Le gouvernement se donne cinq ans pour résorber le déficit commercial. Le problème de l’énergie s’invite décidément dans tous les dossiers de la rentrée. Nicole Bricq, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, a affirmé que le gouvernement comptait supprimer le déficit commercial…. Hors énergie. Un pari qui n’est pas très audacieux puisqu’en 2011, le déficit s’élevait à 71 milliards d’euros, dont 62 milliards dû aux importations d’hydrocarbures

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis