Agressés dans les rues de Baltimore !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Bill Bonner Modifié le 27 septembre 2021 à 6h32
Bitcoin Minage Chine 1
45000 DOLLARSLe Bitcoin a chuté sous la barre des 45.000 dollars le week-end du 25 septembre 2021

Un acte de violence dans les rues de Baltimore conduit Bill Bonner à se poser des questions sur la criminalité moderne… les cryptomonnaies… et un plan de carrière alternatif…

Nous sommes de retour aux Etats-Unis.

Il fait chaud et humide, ici à Baltimore. Nous n’avons guère mis les pieds dans la ville ces deux dernières années, mais rien n’a vraiment changé.

Elizabeth s’est fait agresser dans la rue la semaine dernière. Elle prenait une photo quand un homme a attrapé son téléphone et s’est enfui avec.

Mais elle ne s’est pas laissée faire ! Elle lui a couru après en criant…

Quelqu’un a appelé la police…

La poursuite a duré… mais l’homme a fini par disparaître.

Elle est ensuite revenue à la maison et a ouvert une appli permettant de localiser son téléphone. Selon l’appli, le téléphone était proche de l’endroit où l’agresseur avait semé Elizabeth.

Revenant sur les lieux du crime… elle a vu le scélérat se promener dans le quartier. Elle s’est à nouveau mise à sa poursuite… restant tout de même à bonne distance… criant… et provoquant une scène.

Là encore, il est parvenu à se carapater… mais Elizabeth a retrouvé son téléphone un peu plus tard dans les buissons.

« Ce n’était qu’un vieux téléphone », avons-nous remarqué. « N’aurait-il pas mieux valu laisser tomber ? Il aurait pu se retourner et te tirer dessus ».

« Ma foi, c’était pour le principe », nous a-t-elle répondu.

Elites privilégiées

L’avantage qu’il y a à se faire agresser dans les rues de Baltimore, c’est que le principe est clair. Pas de programme caché. Pas de fourberie ou de coup en douce. C’était une agression honnête et déclarée.

Si nous admirons le cran et la ténacité d’Elizabeth, nous avons également un respect furtif pour le tordu qui lui a volé son téléphone.

Sa vie aurait pu être tellement plus simple… tellement plus facile… tellement plus agréable. Il lui suffisait de rejoindre les élites privilégiées.

Comment ?

D’abord, vous empruntez de l’argent pour aller à l’université.

Ensuite, vous enfilez un costume trois pièces… et vous trouvez un emploi dans l’administration. Vous pouvez aller jusqu’à vous faire élire au Congrès.

Pas assez de jugeote ? Pas d’inquiétude : vous irez parfaitement avec les autres crétins.

Ne dédaignez pas le secteur privé, par ailleurs. N’importe quelle entreprise accueillerait à bras ouverts un employé compétent et de bonne volonté. Vous pourriez même gravir les échelons et devenir PDG, gagnant 278 fois que l’employé moyen…

Crypto-boomers

Vous ne voulez pas faire d’études ? Vous ne voulez pas d’emploi ? Pas de souci. Suivez simplement l’exemple de Michael Anderson, qui s’auto-qualifie de « crypto-boomer » et dont le Wall Street Journal a fait le portrait il y a quelques jours. Le jeune homme a fait fortune grâce aux cryptomonnaies.

Vous pourriez aussi suivre l’exemple de Tom Osman, millionnaire en NFT. Le New York Post en parle :

« Lundi soir, un acheteur anonyme a acheté une image dématérialisée représentant un rocher, au tarif de 400 ethereums (ETH), une cryptomonnaie dont la valeur équivaut actuellement à plus d’1,3 M$.

Le croquis géologique, provenant du site d’images gratuites goodfreephotos.com, fait partie d’une série de 100 représentations similaires de la même pierre, chacune dans une nuance légèrement différente, et attachée à son propre jeton non-fongible (NFT). Le projet existait depuis 2017 sans beaucoup attirer l’attention, rapportait la lettre d’information Motherboard, du site Vice – du moins jusqu’à ce que les ventes de NFT fassent irruption dans l’actualité grand public l’an dernier.

Le crypto-trader britannique Tom Osman s’est présenté comme vendeur d’EtherRock #42, qu’il avait achetée quelques semaines auparavant pour seulement 1,7 ETH, soit environ 4 800 $ à l’époque. ‘Je pense que ce pourrait être le meilleur investissement de ma vie à ce stade’, a-t-il dit au sujet de la transaction. »

Il y a aussi une autre solution : lancer un hedge fund. Vous pouvez lever des fonds auprès de vos amis et de votre famille. Ensuite, « investissez » cet argent dans les techs les plus brûlantes et les plus rapides du marché.

Si elles grimpent, vous devenez riche et célèbre. Si elles baissent, ma foi… ce n’était pas votre argent.

Une voie alternative

Il y a tant de chemins bien pavés vers le succès, dans un système de capitalisme mûr et dégénéré ! Et le mantra « ce n’est pas mon argent » est leur secret commun.

Mais qui pourchasse ces voyous en costume à travers les rues ? Qui appelle la police ?

Malgré tout cela, en dépit des conseils de sa famille (ou du moins nous le supposons) et de tous les conseillers, psychiatres carcéraux et contrôleurs judiciaires qu’il a rencontrés, l’agresseur a choisi une simple carrière dans le crime à l’ancienne.

A présent, le pauvre homme vit dans les rues âpres d’une ville sans concession, durant les derniers jours d’un été brûlant. Il ne profite pas de vacances tardives… il ne dialogue pas avec ses amis sur Facebook… pas plus qu’il n’ajoute quelques millions à sa richesse.

Il essaye juste d’obtenir assez de cash pour sa prochaine dose de drogue… et peut-être un peu plus, pour se payer un hamburger.

Une bien meilleure idée

Il aurait mieux fait d’étudier les dernières théories et fantasmes insensés en matière d’économie moderne. Il aurait alors pu aller travailler pour la Réserve fédérale.

Au lieu de dormir sous des porches ou dans des centres d’accueil, il aurait pu avoir une belle maison en banlieue… et passer ses journées dans un bureau soigneusement climatisé, lambrissé et confortable… avec une moquette moelleuse et une machine à cappuccino dans le couloir.

Il pourrait toucher un joli salaire… tout en observant son portefeuille d’actions et d’obligations grimper… et grimper… et grimper.

Et si ses actifs se mettaient à baisser (normalement, les marchés grimpent et baissent)… il pourrait tout simplement annoncer un nouveau plan de relance !

Pour plus d'informations et de conseils de ce genre, c'est ici et c'est gratuit

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Fondateur et président d'Agora Inc., une maison d'édition publiant des lettres d'information financières pour les investisseurs particuliers.

Aucun commentaire à «Agressés dans les rues de Baltimore !»

Laisser un commentaire

* Champs requis