Barilla : des pâtes, oui, mais pas pour les homos

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 27 septembre 2013 à 10h00

La polémique fait rage en Italie, depuis les dernières déclarations de Guido Barilla, le PDG de la célèbre marque de pâtes.

Ce dernier, qui déclarait jeudi qu'il ne pourrait pas mettre en scène dans une de ses pubs un couple homosexuel, est depuis voué aux gémonies par la communauté gay italienne, et menacé de boycott.

Pas de spot publicaire Barilla pour les homos

"Je ne ferai jamais un spot avec une famille homosexuelle, pas par manque de respect mais parce que je ne suis pas d'accord avec eux. Notre famille est de type traditionnel; la femme y occupe un rôle fondamental" avait-il notamment déclaré, mercredi soir, en marge d'une émission sur la radio 24.

Devant le tollé soulevé par ces propos, Guido Barilla diffusé dans la foulée un communiqué dans lequel il s'excuse, et s'explique. "Je présente mes excuses si mes déclarations ont généré des malentendus ou des polémiques ou si elles ont heurté la sensibilité de certaines personnes" a-t-il dit, ajoutant qu'il voulait "seulement souligner le rôle central de la femme à l'intérieur de la famille".

Les associations homosexuelles italiennes appellent au boycott des produits Barilla

Durant l'émission satirico-politique, l'homme d'affaire avait répondu, poussé dans ses retranchements, que "si les homos aiment nos pâtes et notre communication, ils peuvent les manger, sinons il peuvent manger d'autres pâtes". Pour conclure : "on ne peut pas toujours plaire à tout le monde".

Pour l'heure, les associations homosexuelles italiennes appellent au boycott de tous les produits du groupe Barilla, soulignant "l'arriération culturelle de Barilla" dont le PDG s'est pourtant déclaré ouvert au mariage de couples de même sexe...

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis