787 interdit de vol : Le Dreamliner va-t-il devenir l’avion de cauchemar pour Boeing ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Gérard Jouany Publié le 18 janvier 2013 à 0h00

Le 787, le dernier-né de la famille Boeing, a été baptisé le Dreamliner par la firme de Chicago. Un avion de rêve donc, plus économe en carburant, plus agréable pour les passagers, plus rentable pour les compagnies. Les chroniqueurs aéronautiques ont été pilonnés de communiqués à propos de cet avion "plus, plus, plus".

Après un énorme retard pour la mise en service de l'avion, voilà que notre Dreamliner embarque ses premiers passagers. Et là, tout bascule : sept incidents en neuf jours qui vont de la fuite d'essence au bris d'un pare-brise en passant par des menaces d'incendie à bord. Le dernier en date de ces incidents s'est produit sur un vol domestique de la compagnie japonaise Ana. Les 200 passagers ont senti de la fumée à bord tandis que le pilote se déroutait pour un atterrissage d'urgence. Les passagers sont sortis par les toboggans, certains se blessant légèrement.

Le problème le plus grave qui affecte le 787 vient en effet des feux qui se déclenchent dans le local à batteries situé juste derrière le cockpit. Il faut dire que l'avion de Boeing consomme 7 à 8 fois plus de courant qu'un appareil classique. Les ingénieurs ont fait le choix d'alimenter la plupart des systèmes (frein, sortie du train d'atterrissage, sortie des volets) par la fée électricité qui remplace les traditionnels systèmes hydrauliques. Le gain de poids est extraordinaire mais apparemment les batteries au lithium sont trop sollicitées et finissent par prendre feu. L'avion consomme autant qu'un village français !

Boeing annonce dans un communiqué convenu que "la sécurité des passagers volant à bord de nos avions est notre plus grande priorité" ( ouf, on respire!) et de préciser que la firme met l'ensemble de ses ressources à la disposition des enquêteurs, que ce soit les compagnies et la FAA américaine. Ce qu'il faut noter c'est que cette même FAA fait toujours totalement confiance aux constructeurs d'avions dont elle surveille néanmoins les processus de sécurité. Pour que la FAA demande aux compagnies d'interrompre l'exploitation de leurs 787 c'est qu'il y a le feu au lac !

Le 787 est pourtant un succès commercial. 50 appareils ont été livrés jusqu'à maintenant et 848 sont commandés dont 25 pour Air France KLM. Ces mauvaises nouvelles interviennent le jour où Airbus annonçait à Toulouse un nouveau record de livraison pour l'année passée : 588 appareils livrés à 89 clients dont 17 pris à Boeing. Airbus a aussi annoncé un total de 914 commandes ce qui lui assure du travail pour quatre ans mais ce que n'a pas dit Airbus, et c'est bien normal, c'est que Boeing a enregistré dans le même temps 1 203 commandes.

2012 est la deuxième meilleure année dans l'histoire de Boeing. Malheureusement pour l'Américain, et les journaux sont ainsi faits, dans les jours qui viennent, on ne va parler que du record d'Airbus et des ennuis du 787 de Boeing. Parions que Boeing va trouver la panne, mais cela va coûter cher, très cher et qu'à leur tour il faudra consoler les actionnaires qui n’apprécient pas la chute des cours à Wall Street.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Gérard JOUANY est actuellement consultant spécialisé dans l'automobile, l'aéronautique et l'espace. Il intervient très régulièrement sur France 24 et dans de nombreux colloques. Auparavant,il est passé par Europe 1, la Cinq et BFM. Avec micro et camera, il s'engage dans ses secteurs de prédilection, en participant à de nombreux Paris Dakar ; il a traversé l'Atlantique une première fois en avion de tourisme et une second en hélicoptère ; il a aussi fait un vol en apesanteur dans un avion du Centre National d'études spatiales. Gérard Jouany collabore également au magazine Couleurs Jazz, encore une de ses passions !  

Laisser un commentaire

* Champs requis