Bref : quand une série culte devient une marque de préservatifs

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Tugdual de Dieuleveult Publié le 8 novembre 2012 à 15h56

On avait tout vu. Tout vu ? Non. Là, on a atteint des sommets. Après avoir été parodiée (voir plus bas) et reprise à toutes les sauces des discours de mariage aux plateau télé en passant par les "délires" entre collégues, la série Bref a désormais une nouvelle déclinaison : des préservatifs. C'est la société Callvin qui propose de découvrir les premiers produits dérivés de la série Bref au travers d'une collection spéciale.

Bref à la télévison c'était il y a un an sur Canal+. Et en guise d'anniversaire la société spécialisée dans le préservatifs depuis plusieurs années qui nous a déjà servi le fameux "Je ne serais pas son père" par un mini Vador en guise de logo, propose donc sa collection "Capote 3000, la capote des vrais bonhommes". Callvin a édité une collection de 6 préservatifs reprenant les phrases cultes de la série. Chaque étui a sa légende blanche sur fond noir. On peut y lire le logo Bref. Suivi des répliques mythiques du héros incarné par Kyan Khojandi. Pour Noël, il y a même un magnifique coffret en plexiglas reprenant l'ensemble des modèles proposés.

"Hey, mais qui voilà?", "bref, J'ai un plan cul", "bref, Je ne sais pas dire non" ou encore "baise laaaaaaaa !".

Bon maintenant fini la rigolade !

https://www.callvin.com/Medias/Images/Produit/preservatif_personnalise_callvin_darkapote_je_ne_serai_pas_son_pere_705.png

Les préservatifs brefs sont en vente sur le site www.callvin.com

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.

Aucun commentaire à «Bref : quand une série culte devient une marque de préservatifs»

Laisser un commentaire

* Champs requis