Bridgewater parie sur une chute des obligations des États et des entreprises

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 10 juin 2022 à 12h22
Dollar Bill 2462385 1920
3%L'OCDE prévoit une croissance de l'ordre de 3% pour l'année 2022.

Dans les pays développés, le plus gros hedge fund du monde prévoit que les obligations d’Etat et des grandes entreprises vont chuter face à l’inflation et la baisse de la croissance.

L’économie mondiale en période de stagflation

La stagflation est une période où l’inflation est élevée et où la croissance des États est faible. Or, avec la guerre en Ukraine et le blocage des chaînes d’approvisionnement en Chine suite aux conséquences de la pandémie de Covid-19, l’inflation ne cesse d’augmenter à travers le monde. En effet, l’OCDE prévoit, pour l’année 2022, un indice des prix à la consommation de près de 9%. Et si initialement, l’organisation prévoyait une croissance de l’ordre de 4,5% en 2022, les estimations ont été rabaissées à 3%.

C’est dans ce contexte économique que Bridgewater, le plus grand Hedge fund au monde, qui gère près de 230 milliards de dollars prévoit la chute des obligations d’État et des entreprises dans les pays développés. Selon Hedge Fund Research, les Hedge fund ont perdu 3% sur les obligations d’entreprises au cours de l’année 2022 en moyenne et près de 4% sur la dette d’État. Pour Greg Jensen, un responsable de l’investissement chez Bridgewater, un durcissement monétaire trop fort risque de faire plonger la bourse américaine d’environ 25%.

Vers une baisse des taux en 2024

« Après une décennie d'assouplissement monétaire sans relâche, la fin de la politique de soutien pourrait s'étaler sur une période de cinq ans », explique Andrew Beer, le dirigeant de Dynamic Beta Investments LLC et partenaire d'iM Global Partner aux Echos. Pour lui, la forte inflation à laquelle le monde fait actuellement face pourrait être, pour les Hedge Fund, « leur plus grande source de gain depuis la crise hypothécaire de 2007. Ils ont beaucoup de façons (dérivés, matières premières, devises…) de jouer ce thème macroéconomique ».

Ray Dalio, fondateur de Bridgewater, a expliqué à l'Australian Financial Review que la stagflation allait être plus longue qu’attendue dans les pays développés. « Les banques centrales vont être forcées de baisser de nouveau les taux probablement en 2024 à une date proche des élections américaines », estime-t-il. Or, la Banque Centrale Européenne a annoncé jeudi 9 juin 2022, un rehaussement de ses taux directeurs à partir du 1er juillet 2022, pour la première fois en 10 ans.