Budget 2015 : la France, risée de l’Europe

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Jérôme Dubus Modifié le 20 octobre 2014 à 5h43

Lors de son récent voyage à Londres, Manuel Valls a regretté le « French Bashing » désormais à la mode partout en Europe. Malheureusement pour notre pays, le budget 2015 n'y changera rien : la copie du Gouvernement va au-contraire maintenir la France au rang des mauvais élèves de la zone euro.

Sous couvert d'un langage moins « anti entreprise », le Gouvernement tente de rétablir un zeste de confiance dans une économie totalement déprimée par 51 milliards de prélèvements obligatoires opérés en 2 ans sur les entreprises et sur les ménages.

Mais on ne guérit pas de la maladie de l'étatisme en 6 mois. Le budget 2015 garde la marque socialiste :

Côté recettes, si certains ménages modestes sortiront de l'impôt sur le revenu, leur pouvoir d'achat sera amputé par la fiscalisation des mutuelles complémentaires ; la hausse de 2 milliards d'euros de la taxe carbone et de 800 millions d'euros des taxes sur le diesel ;

Côté dépenses, les 21 milliards d'euros d'économies demeurent au-niveau de l'incantation sans contenu réel. Les dépenses publiques atteindront 57,4% du PIB, record européen. Les collectivités locales vont poursuivre leur marche infernale vers l'augmentation des dépenses de fonctionnement (+3% en 2014) et la réforme territoriale prévue se traduira par des dépenses supplémentaires notamment en Ile-de-France. Enfin, les dépenses de protection sociale vont connaître également une envolée à cause de la poursuite du chômage de masse.

Dans ces conditions, les chiffres avancés par le Gouvernement relèvent du mythe : les déficits vont continuer d'augmenter de même que la dette et la croissance n'atteindra pas 1%.
Mois après mois, François Hollande s'est trompé dans ses prévisions : il n'y a aucune raison qu'il en soit autrement en 2015.

La France est désormais une exception en Europe :

Pour la première fois sous la Vème République, la France aura connu pendant trois années consécutives une croissance inférieure à 1% : belle réussite !
Les déficits et les dettes régressent partout ailleurs comme le prouvent les résultats de l'Allemagne (excédent de 2,2% du PIB) et de l'Italie (excédent de 1,1% du PIB).

Le Grand Prix de la débandade économique va bientôt prendre fin avec une sortie de route fracassante de la voiture « France ». La Commission de Bruxelles lèvera demain le drapeau rouge du crash.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Jérôme Dubus est conseiller de Paris (17ème arrondissement) et Secrétaire National de l'UMP.

Aucun commentaire à «Budget 2015 : la France, risée de l’Europe»

Laisser un commentaire

* Champs requis