Carburants : vers une ristourne de 30 centimes en septembre 2022 ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 21 juillet 2022 à 9h38
Prix Carburant Semaine Ecologie 2
18 CENTIMES €Le gouvernement a maintenu la ristourne de 18 centimes d'euro le litre durant l'été 2022.

La baisse des prix des carburants depuis début juillet 2022, après un pic à plus de 2 euros le litre, ne semble pas changer les plans du gouvernement. Au contraire : dans le cadre des discussions sur la loi pour le pouvoir d’achat, une ristourne plus importante que celle déjà accordée serait à l’étude. Objectif : son entrée en vigueur à la Rentrée 2022.

La baisse de prix sur les carburants prolongée et augmentée ?

Rien n’est encore décidé, mais le gouvernement semble vouloir tendre la main aux députés Les Républicains : une stratégie du donnant-donnant qui permettrait à l’exécutif de faire passer d’autres mesures par la suite. Et c’est sur la ristourne à la pompe sur le prix des carburants que les débats se concentrent.

Le gouvernement voulait initialement maintenir la ristourne de 18 centimes et la rendre progressivement moins élevée jusqu’à la faire disparaître à l’horizon de début 2023. En lieu et place, une aide pour les actifs versée sous la forme d’un chèque carburant et sous conditions de ressources. L’idée semble être abandonnée.

Exécutif et opposition pencheraient sur une baisse de prix au litre plus élevée que durant l’été 2022 mais moins que ce que donnerait une baisse des taxes. 30 centimes d’euro le litre, soit un litre d’essence et de gasoil entre 1,6 et 1,7 euro selon le prix moyen en France au 15 juillet 2022, serait le compromis.

Les Français vont payer pour le carburant des riches et des étrangers

La nouvelle ristourne pourrait entrer en vigueur en septembre 2022 mais resterait dégressive. Le texte final, encore en cours de discussions, en donnera les détails.

Mais si c’est cette option qui est retenue, l’argent public sera utilisé pour payer du carburant à bien plus que les Français actifs : la ristourne à la pompe est indifférenciée, ce qui gênait le gouvernement mais qui, semble-t-il, ne le gêne plus.

Les utra-riches profiteront de cette baisse de prix comme les plus pauvres, ce qui n’aurait pas été le cas avec le principe de l’aide versée sur demande et sous conditions de ressources, tout comme les étrangers. Travailleurs détachés, touristes, frontaliers… tous pourront profiter de cette baisse de prix financée par les Français.

Or c’est bien le but des élus du parti Les Républicains : ils veulent protéger les retraités qui n’auraient pas reçu l’aide telle que prévue par le gouvernement. Mais au lieu de proposer que les retraités la touchent aussi, ils semblent préférer que toute personne se rendant dans une station service en France paye son carburant moins cher grâce à l'argent de l'Etat, eux y compris.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Carburants : vers une ristourne de 30 centimes en septembre 2022 ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis