En France, le CBD trouve son public malgré l’incertitude juridique

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Partenaire Modifié le 25 avril 2022 à 11h02
Explosion Marche Cbd France
16%Le marché français du CBD représente 16% du marché européen.

Les produits à base de cannabidiol dont la concentration en THC ne dépasse pas les 0,2 % peuvent être commercialisés en toute légalité en France. Si le marché du CBD bat chaque année ses propres records, il demeure menacé par l’incertitude juridique.

Les chiffres dithyrambiques du marché français du CBD

A bien des égards, le marché du cannabidiol suivait les pas de celui de la cigarette électronique : un engouement de la part des consommateurs accompagné d’une certaine hostilité de la communauté scientifique et des autorités sanitaires.

Aujourd’hui, et selon les chiffres communiqués par le média LSA Conso, la France compterait plus de 7 millions de consommateurs de produits à base de CBD, soit plus de 10 % de la population. Aussi, le marché français du CBD représente 16 % du marché européen. Une performance peu étonnante lorsque l’on sait que l’Hexagone accapare plus de la moitié de la production européenne de chanvre industriel. Selon l’association Interchanvr, la France est même le troisième producteur mondial derrière la Chine et le Canada.

Toujours selon LSA Conso, le nombre de boutiques spécialisées dans les produits à base de cannabidiol est passé de 400 en 2020 à plus de 2 000 en 2022, soit une croissance de 500 % pour un chiffre d’affaires cumulé de 300 millions d’euros. Concentrées dans les grands pôles urbains, ces boutiques proposent une large gamme de produits comme les fleurs de CBD, les feuilles, les résines, les huiles, les e-liquides et des aliments contenant du cannabidiol. L’offre est complétée par des « Pure Players » ou magasins en ligne sans présence physique qui ne font que de la livraison à domicile à l’image de Famous CBD.

Qu’est-ce que qui explique le succès du CBD en France ?

Si le cannabidiol est connu pour ses propriétés anti-inflammatoires et antalgiques, les consommateurs le plébiscitent surtout pour ses vertus relaxantes et anxiolytiques. Selon un sondage OpinionWay mené en octobre 2017, 9 Français sur 10 se disent stressés. C’est donc tout naturellement que les consommateurs se tournent vers cette molécule naturelle et à priori sans effets secondaires majeurs. Comme l’explique le Comité Scientifique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le CBD « ne présente pas de potentiel d’abus et n’est pas nocif pour la santé ». Ensuite, les produits à base de cannabidiol sont vendus à des prix relativement compétitifs, sans doute grâce à la disponibilité de la matière première.

On peut également évoquer la médiatisation récente du CBD auprès du grand public. En effet, le ministère des Solidarités et de la Santé a donné le coup d’envoi d’une grande expérimentation en mars 2021 pour évaluer le potentiel thérapeutique du CBD (non psychotrope) et du THC (psychotrope), deux molécules issues du chanvre industriel. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, s’était d’ailleurs rendu au CHU de Clermont-Ferrand pour assister à la toute première prescription du CBD thérapeutique à un patient souffrant d’une forme d’épilepsie pharmaco-résistante. Citons également l’ouverture en grande pompe de l’espace « Produits à base de CBD » dans 250 magasins Monoprix. L’enseigne avait même fait circuler un « CBD Truck » en région parisienne pour faire de la pédagogie et communiquer sur les propriétés du CBD.

Le marché du CBD face à l’incertitude juridique

Malgré des chiffres impressionnants, le marché français du CBD demeure menacé par l’incertitude juridique. Le 31 décembre 2021, un arrêté ministériel avait tout simplement interdit la commercialisation des fleurs et feuilles de CBD pur, suscitant l’ire de plusieurs milliers de professionnels partout en France. Trois semaines plus tard, le Conseil d’Etat a suspendu cette interdiction, la jugeant « injustifiée et disproportionnée » au regard des éléments à sa disposition. Si le CBD peut à nouveau être commercialisé librement depuis le 24 janvier 2022, les professionnels doivent naviguer à vue car la décision du Conseil d’Etat est provisoire.

Sur le plan économique, le flou juridique empêche toute projection, même à court terme. Par conséquent, les professionnels doivent renoncer à tout projet d’investissement (ouverture de nouveaux magasins, recrutement de vendeurs, diversification de l’offre, campagnes marketing, etc.). Enfin, les entrepreneurs qui souhaitent se lancer se heurtent au refus des banques et autres établissements de crédit de financer tout projet en lien avec le cannabidiol.

Aucun commentaire à «En France, le CBD trouve son public malgré l’incertitude juridique»

Laisser un commentaire

* Champs requis