La CGT annonce deux manifestations en septembre 2022

Par Anton Kunin Modifié le 25 août 2022 à 10h54
Cgt Code Du Travail Ordonnance Macron
15 eurosLa CGT veut un SMIC à 15 euros de l'heure.

Alors qu’Emmanuel Macron a évoqué « la fin de l’abondance », Philippe Martinez, le patron de la CGT, a estimé que les Français n’étaient pas prêts à faire de nouveaux sacrifices.

Pour Philippe Martinez, « les sacrifices, ils sont déjà là »

Au fur et à mesure que les importations d’hydrocarbures en provenance de Russie diminuent, l’hiver 2022-2023 s’annonce difficile sur le plan énergétique. À la sortie du Conseil des ministres le 24 août 2022, Emmanuel Macron a évoqué « la fin de l’abondance ». La petite phrase n’est pas passée inaperçue pour Philippe Martinez, le patron de la CGT. Invité sur BFMTV le même jour, il a rétorqué : « Pour des millions de citoyens et citoyennes de ce pays, le coût est déjà arrivé », « les sacrifices, ils sont déjà là ». « Est-ce qu'on demande de nouveaux sacrifices ? Lui, il va les demander. Nous, on va s'y opposer. »

Le syndicat annonce par cette occasion deux journées de manifestations en septembre 2022. La première, le 22 septembre, concernera la santé et les conditions de travail à l'hôpital, tandis que la seconde, le 29 septembre, portera sur « l'augmentation des salaires ».

La CGT réclame un SMIC à 2.000 euros

Pour rappel, la CGT estime insuffisantes les mesures en faveur du pouvoir d’achat votées dans le cadre de la loi rectificative des finances. « Ce paquet de mesures est du saupoudrage au regard du niveau d’inflation actuel (5,2% sur un an) », clame le syndicat sur son site. Quant aux propositions de la CGT, il faut dire qu’elles sont très ambitieuses voire irréalistes. « Un SMIC à 2.000 euros brut (15 euros de l’heure) pour répondre aux besoins élémentaires incompressibles ; une augmentation automatique de toutes les grilles de salaires dans les branches, les entreprises et les administrations ; l’augmentation du point d’indice dans la fonction publique pour rattraper toutes les années de gel ».

Le syndicat réclame aussi une augmentation des pensions de retraite, avec un niveau minimum égal de 2.000 euros brut et un revenu de remplacement pour tous les chômeurs au niveau du SMIC. Pour les locataires, la CGT réclame le plafonnement de la quittance (loyer + charges) à 20% du revenu du ménage. Le syndicat souhaite par ailleurs une baisse des prix des carburants, « en ponctionnant sur les revenus du capital des entreprises multinationales du secteur pétrolier » et une baisse de la TVA à 5,5% sur les produits de première nécessité, notamment l’alimentaire et l’énergie.

Laisser un commentaire

* Champs requis