Chauffage : vers une pénurie de pellets à l’hiver 2022 ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 10 août 2022 à 14h52
Pellets 4844847 1920
120%Les ventes de chaudières à granulés ont augmenté de 120% entre 2020 et 2021.

Face à une augmentation de la demande en granulés de bois pour le chauffage, Propellet appelle les consommateurs à être responsables.

Augmentation de la demande

La hausse des prix de l’énergie et la volonté du gouvernement d’être indépendant du gaz et du pétrole a entraîné de nombreuses personnes à choisir un système de chauffage par granulés de bois. Propellet, l’association nationale des professionnels du chauffage à granulés de bois, souligne « une croissance fulgurante » de la demande en chauffage aux granulés. En un an, entre 2020 et 2021, les ventes de chaudières à granulés ont augmenté de 120%, tandis que les ventes de poêles à granulés ont augmenté de 41%.

En plus de cela, « le non-renouvellement des appareils au fioul à partir du 1er juillet va continuer à booster la progression des appareils », estime Propellet. Face à ce phénomène, la demande en pellets, nom donné aux granulés de bois, est « entre deux et cinq fois supérieure à la moyenne ». En effet, « compte tenu de la conjoncture, le granulé augmente moins que les autres énergies et il n’aura finalement jamais été aussi compétitif », explique l’association.

Un appel à la responsabilité des consommateurs

Avec la guerre en Ukraine et ses conséquences, le prix de la tonne de pellets a fortement augmenté en un an. Alors qu’en juillet 2021 la tonne se vendait à 280 euros, en juillet 2022, le nouveau prix était de 550 euros. Face à la forte demande et à cette hausse des prix, de nombreux consommateurs s’inquiètent d’une possible pénurie et achètent plus de granulés que normalement. « Les consommateurs doivent garder la tête froide : nos données montrent qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter. La tension actuelle est réelle et il y a un petit manque de volumes, mais la filière travaille à le combler », explique Éric Vial, délégué général de Propellet, à l’UFC-Que Choisir.

Pour lui, la pénurie de pellets ne risque pas de frapper la France en hiver 2022. « Il faut insister sur la responsabilité de tous », explique un porte-parole de Propellet à Actu.fr. « Un stockage raisonné et cohérent ainsi qu'un entretien régulier des appareils pour un bon rendement et une performance optimale permettront de ne pas aggraver la situation », ajoute-t-il. En plus de cela, la construction de nouvelles usines de granulation est prévue. Avec celles-ci, il devrait y avoir un million de tonnes de pellets supplémentaires sur le marché entre 2021 et 2024. Propellets vise un « doublement de la capacité de production d’ici 2028 ».

Laisser un commentaire

* Champs requis