Michel Sapin : « Le plus dur que nous ayons connu, c’était 30 000 chômeurs par mois »

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 25 juillet 2013 à 8h15

Oh le menteur !

Interrogé ce matin au sujet des derniers chiffres du chômage, qui ne témoignent pas, n'en déplaise au gouvernement, d'une inversion de la courbe, Michel Sapin a du voir son nez s'allonger dans les studios de nos confrères d'Europe 1. Et pour cause.

Michel Sapin pris en flagrant délit de mensonge


Interrogé au sujet des 15 000 chômeurs supplémentaires du mois de juin dernier, le ministre du Travail a déclaré : "le pire moment de Sarkozy, c'était 60 000 par mois. Le plus dur que nous ayons connu, c'était 30 000 par mois. Aujourd'hui nous avons 15 000 chômeurs par mois." C'est à la fois une erreur, et un mensonge, qui plus est pour LE ministre chargé de connaître les vrais chiffres du chômage.

Le maximum atteint depuis le début du quinquennat de François Hollande n'est pas nouveaux 30 000 chômeurs par mois, mais plutôt 45 000, comme au mois d'octobre 2012. Dès lors, comparer la situation de l'emploi avec celle sous Nicolas Sarkozy perd toute sa substance.

Le ralentissement avant l'inversion selon Michel Sapin


Michel Sapin, bien que moins optimiste que le président de la République sur cette fameuse inversion, a toutefois déclaré que "pour pouvoir inverser, il faut d'abord ralentir". Cela tombe bien, les chiffres révélés hier par l'Insee ne témoignent "que" d'une hausse de 0,5 %, et une légère accalmie sur le front du chômage des jeunes…

Et alors que Jean-Marc Ayrault déclare ce jeudi, en marge d'un déplacement en Corée du Sud, que l'inversion de la courbe du chômage est "tenable et souhaitable", Michel Sapin, lui, préfère insister sur le fait qu'une "amélioration n'est pas le retournement" et qu'"il faut continuer la mobilisation, continuer les efforts".

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis