Chypre : Les marchés européens s’affolent

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Eric Delannoy Publié le 21 mars 2013 à 12h14

Dans une Europe qui peine à endiguer la crise économique actuelle, l’annonce de taxation des dépôts bancaires chypriotes affole des marchés encore très instables. La décision européenne est doublement irresponsable. Elle pénalise TOUS les chypriotes par rapport à une situation que la plupart d’entre eux n’ont ni générée ni voulue. Elle ouvre une brèche inacceptable dans la garantie des dépôts des épargnants… que devait renforcer le projet d’union bancaire !

On s’attaque une nouvelle fois à la notion de confiance, seul socle permettant de garantir la stabilité financière en Europe. En effet, la confiance des épargnants dans leur banque avait évité les « bank run » au plus dur de la crise. On génère avec cette décision de l’instabilité à venir. Cela pose par ailleurs une fois de plus la légitimité démocratique des décisions européennes qui montre un éloignement de plus en plus grand entre les peuples et la gouvernance européenne, alimentant suspicion et rejet des institutions européennes.

Pour limiter cet effet tout en sortant Chypre de l’impasse financière, il faut favoriser de meilleurs équilibres :

· Augmenter de manière plus forte l’impôt sur les sociétés, largement plus bas à Chypre que dans les autres pays de l’Union, même après le relèvement à 12,5 %.

· Taxer les dépôts et les revenus financiers des NON résidents avec un taux plus élevé que 10 %, de manière à baisser la qualité de paradis fiscal et le rendre moins attractif.

· Taxer les dépôts bancaires de TOUS les Chypriotes au dessus de 150 000 € mais avec un taux moindre afin d’éviter les effets de domiciliation fictive… et en même temps de ne pas pénaliser les petits et moyens épargnants locaux.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Eric Delannoy, 47 ans, est vice-président de Weave. Diplômé de l'ENSAE, de Dauphine et de Science Po Paris, il a commencé sa carrière chez Cetelem avant de devenir directeur chez PricewaterhouseCoopers puis, en 2003, responsable de la business unit CRM pour le secteur finance chez IBM Business Consulting Services. Il a rejoint Weave en 2005 pour créer l’activité banque.