Comment la crise sanitaire transforme le secteur du commerce ?

Par Christian Floerkemeier Publié le 21 août 2020 à 16h25
Drive Carrefour Supermarche
237%Sur la journée du 16 mars 2020, le chiffre d'affaires pour la grande distribution a explosé de 237%.

Dans ce contexte de pandémie, les commerçants et enseignes du monde entier ont été fortement touchés. Ils ont dû s’adapter afin d’assurer la sécurité des employés et des clients. De nombreux consommateurs ont décidé d’éviter de se rendre en magasins, sauf pour les achats essentiels, voire de faire appel à des services de livraison à domicile pour minimiser les contacts directs avec autrui, et ainsi se protéger au maximum du virus.

Ces changements radicaux ont contraint les détaillants à repenser leur manière de travailler en adoptant une nouvelle approche de gestion des commandes et des livraisons. Les nouvelles technologies sont devenues un atout majeur pour faire face à la situation et rendre les opérations quotidiennes plus sûres et efficaces pour tous. Il est à présent important d’aider les commerçants à automatiser, à court comme à long terme, un maximum d’opérations grâce à l’utilisation d’appareils mobiles et de logiciels de lecture de codes-barres efficaces. L’objectif est de fournir les outils nécessaires pour rester compétitifs et garantir un service de qualité aux clients, même en période d’incertitude. Les nouveaux enjeux sanitaires entrainent en effet une évolution importante dans la manière de traiter les commandes dans le secteur du commerce de détail.

S’adapter à la distanciation sociale en préservant ses ventes

La population mondiale s’est vue imposée une distanciation sociale pour réduire au maximum les contacts afin d’endiguer la propagation du virus. Pour les commerçants, cette distanciation se traduit par une réduction considérable du nombre de personnes au sein de leur magasin. Les services de livraison à domicile ou de retrait de commandes sans contact sont des atouts indéniables pour maintenir un bon niveau d’activité.

Le « sans contact » a été un outil majeur pour permettre aux détaillants de lutter contre le COVID-19 et relancer les ventes. De grands détaillants, comme Walmart, ont déployé des services d’enlèvement, de livraison et de paiement sans contact pour protéger le personnel et les clients. L’un des services le plus utilisé par les commerçants est la lecture de QR codes pour payer les achats en magasin, car il permet aux clients de ne toucher aucun écran.

Grâce à un logiciel de lecture de codes-barres performant, les acheteurs en magasin peuvent utiliser leur propre smartphone pour effectuer des achats sans contact, ce qui réduit le nombre de surfaces touchées par les consommateurs. Pour récupérer leurs achats, les clients ont juste à attendre qu’un employé de magasin charge les produits commandés dans leur coffre. Les livreurs ont aussi dû adopter des changements drastiques pour limiter la propagation du virus et minimiser les contacts directs avec les clients. De nombreuses enseignes ont demandé aux livreurs de laisser les commandes à la porte des clients, sans signature, et étudient actuellement de nouvelles mesures pour obtenir une preuve de livraison sans contact.

La livraison « sans contact » : quid des preuves ?

En raison de la demande accrue de livraison à domicile, les détaillants investissent dans des outils et technologies qui minimisent le contact lors de la réception des produits. L’un des aspects les plus difficiles est bien évidemment la preuve. Jusqu’à présent, pour récupérer une preuve de bonne livraison, les livreurs demandaient aux clients de signer sur un appareil électronique.

En réponse directe au COVID-19, certains acteurs ont développé une application Web qui permet de délivrer une preuve de livraison sans contact. Grâce à cet outil, les clients peuvent signer et confirmer les reçus de marchandises et de colis en utilisant leurs propres smartphones. Ces applications Web fonctionnent sur tous les appareils et navigateurs, ce qui signifie que les acheteurs n'ont pas besoin de télécharger une application supplémentaire, ils scannent simplement un code QR, signent sur leur appareil et valident.

Les nouvelles technologies, et notamment la technologie mobile, représentent donc un atout indéniable pour limiter les risques de propagation, puis de reprise, du virus tout en permettant aux détaillants de continuer leurs activités.

Christian Floerkemeier est Co-fondateur et Directeur des Nouvelles Technologies chez Scandit

Aucun commentaire à «Comment la crise sanitaire transforme le secteur du commerce ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis