Compétitivité : Il faut assouplir la loi sur les 35 heures

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Guillaume Cairou Modifié le 24 novembre 2014 à 9h41

Les 35 heures ont été un mauvais projet pour tous.

Cette nouvelle étape d'assouplissement de la durée du travail est attendue. Nous saluons le fait que le pragmatisme économique l'a enfin emporté sur le dogmatisme élitiste habituel sur ces sujets.

En renchérissant le coût du travail, les 35 heures sont venues ébranler notre compétitivité, multiplier les restructurations et les délocalisations qui sont un véritable fléau que nous n'avons pas réussi à endiguer.

Certains déconnectés des réalités proposent le retour aux 32 heures ! Qui peut croire que la réduction de la durée du travail se traduira par des emplois supplémentaires ? N'a-t-on pas tiré les leçons de l'histoire ?

Les entreprises ne créeront des emplois que si le coût du travail diminue. Autrement, elles iront s'implanter ailleurs, dans les pays à faible coût de main-d'oeuvre. Voilà la réalité. A cet égard et pour lutter contre cette situation, le seul moyen pour s'en sortir est de lutter contre les obstacles qui entravent le développement de nos entreprises. Nous nous félicitons de la prise à bras le corps par Emmanuel Macron de ces réalités.

Les 35 heures ont joué contre l'emploi et se sont retournées contre les salariés. Assouplir ce contre-sens économique est sain. Y mettre fin est souhaitable et nécessaire.

Nous faisons un bilan simple des 35 heures : des conséquences négatives sur l'emploi, un ralentissement de la croissance ; une majoration du coût du travail ! Bref, tout l'inverse de ce qui avait été prévu.

Au lieu de les attribuer au développement de nos entreprises, les marges de productivité de nos entreprises ont été absorbées par ce surcoût considérable.

La loi doit être souple. Nous continuerons à nous battre pour défendre l'esprit des entreprises et revenir sur cette loi qui est une mauvaise loi pour tous, salariés et entrepreneurs.

Assouplir les 35 heures, c'est tout simplement prendre en compte les réalités économiques et lutter contre le travail au noir qui n'a cessé de se développer ces dernières années.

Le rapport franco-allemand sur l'assouplissement des 35 heures rendu à Emmanuel Macorn a le mérite de démontrer qu'il convient de ne plus faire des lois hexagonalo-hexagonale. Ne pas prendre en compte la concurrence étrangère en continuant d'augmenter les contraintes des entreprises alors que c'est le moment pour libérer l'économie, est un piège majeur que nous nous tendrions à nous-même !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Fils d’ouvrière d’origine serbe, autodidacte, éducateur puis enseignant en banlieue, c’est au chômage à 30 ans que Guillaume Cairou crée Didaxis, pionnier du portage salarial. Aujourd’hui 15e recruteur français, classé dans le Fast 500 européen des entreprises par Deloitte, il a permis à plus de 10 000 personnes de créer durablement leur emploi.

Laisser un commentaire

* Champs requis