Coup d’envoi de la Conférence sociale à Paris

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Elisabeth Guedel Modifié le 9 juillet 2012 à 4h44

Eco Digest du 9 juillet 2012 (1) – La grande Conférence sociale, dont on parle depuis des semaines, s'ouvre en fin de matinée. Ministres, patronat et syndicats se retrouvent pour deux jours de discussions au Conseil économique, social et environnemental (CESE), palais d’Iéna à Paris. L’objectif de ce rendez-vous : parvenir à fixer un calendrier des négociations pour les deux prochaines années. Une feuille de route en quelque sorte, portant sur sept grands thèmes : l’emploi, les rémunérations, la formation professionnelle, l’égalité homme-femme au travail, le redressement économique, le financement de la protection sociale et les retraites, et le service public. C’est François Hollande lui-même qui donnera le coup d’envoi des débats à 11h15. Le chef de l'État vise "le bon équilibre entre efficacité, compétitivité (thème cher au patronat) et la solidarité et la justice sociale (défendus par les syndicats)".

Il sera notamment question des plans sociaux et des emplois menacés. 80 000 postes concernés, selon la CGT. Du côté du Medef, le discours n’est pas plus optimiste. Laurence Parisot prédit un nombre "significatif", voire "massif" de dépôts de bilan à la rentrée. La patronne des patrons estime à 60 000 par an le nombre d’entreprises qui disparaissent chaque année depuis trois ans, déclaration faite ce week-end au micro du "Grand rendez-vous" Europe 1-Le Parisien-i.TELE. Et c’est justement cette semaine que PSA Peugeot Citroën devrait annoncer la fermeture de son site d’Aulnay-sous-Bois en région parisienne. 3 000 salariés vont perdre leur emploi. Le constructeur automobile et Bercy ont démenti les informations de LaTribune.fr selon lesquelles PSA demanderait de l’aide à l’État sous forme d’un prêt ou d’une prise de participation.

- Chez Doux, les syndicats ne sont pas tendres avec les offres de reprise de leur entreprise. Ils les jugent “minables” pour l’essentiel. Onze dossiers ont été déposés pour reprendre le volailler breton, en redressement depuis plus d'un mois. Le nom du repreneur sera connu le 16 juillet.

- Décidément, la semaine sociale est très chargée puisque Arnaud Montebourg, à peine aura-t-il terminé la Conférence avec les partenaires sociaux, qu’il convoquera les quatre opérateurs téléphoniques, y compris Free Mobile, accusé de tous les maux. Le ministre du Redressement productif veut les réunir autour d’une même table pour dire "non" aux suppressions d’emplois. Bouygues Telecom et SFR vont mettre en place des plans de départs volontaires.

- Chez Orange, on essaie de sortir de la crise, trois jours après la panne générale qui a privé 28 millions de clients de l’usage de leur mobile. Là encore, le gouvernement se saisit de l’affaire et compte réclamer un audit sur de sécurité. Ce type d’incident "ne doit plus se reproduire, car le potentiel de déstabilisation pour l'économie et pour les Français est considérable", a déclaré la ministre de l'Économie numérique, Fleur Pellerin. Sur l’indemnisation proposée par l’opérateur, lire Orange : mini-indemnisation pour maxi-panne.

Aucun commentaire à «Coup d’envoi de la Conférence sociale à Paris»

Laisser un commentaire

* Champs requis