La confiance des ménages toujours en baisse en juillet 2022

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 27 juillet 2022 à 15h12
Money 1005476 1920
5,8%Selon l'Insee, l'inflation a atteint 5,8% sur 12 mois en juin 2022.

Pour le septième mois consécutif, la confiance des ménages est en baisse en juillet 2022.

Inquiétudes sur la situation économique

Selon l’Institut national des statistiques et des études économiques (Insee), l’indicateur de confiance des ménages continue de diminuer en juillet 2022. Celui-ci a pour but de résumer l’opinion des ménages sur la situation économique. « Plus sa valeur est élevée, plus le jugement des ménages sur la situation économique est favorable », explique l’Insee. Au mois de juillet 2022, cet indicateur perd deux points et tombe à 80.

Entre janvier 1987 et décembre 2021, cet indicateur a pourtant gardé une ligne moyenne de 100. Depuis début 2022, cet indicateur ne cesse de descendre. Le solde d’opinion des ménages français sur leur situation financière passée tombe à -32 et à -25 en ce qui concerne les perspectives d’évolution de leur situation financière. Les soldes d’opinion sur la capacité d’épargne actuelle et future baissent également d’un point, respectivement à 12 et -3.

Augmentation des craintes sur le chômage

« En juillet [2022], la part des ménages qui considèrent que le niveau de vie en France s’est amélioré au cours des douze derniers mois diminue de nouveau », explique l’Insee dans sa note. Ainsi, elle reste en dessous de sa moyenne de longue durée entre janvier 1987 et décembre 2021. La part des Français qui considèrent en revanche que le niveau de vie va augmenter sur un an, baisse également.

En ce qui concerne le chômage, les Français ont plus de craintes à propos de son évolution. Mais le niveau reste néanmoins très bas. « En juillet, la part des ménages qui considèrent que les prix ont augmenté au cours des douze derniers mois augmente de nouveau. Le solde correspondant gagne un point et se situe au plus haut niveau depuis l'été 2008 », note l’Insee. En revanche, la part de Français qui pensent que les prix vont augmenter sur les douze prochains mois diminue.