Coronavirus : et voici l’arnaque aux faux « contrôles à domicile »

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 25 février 2020 à 11h46
Insecurite Police Criminel Justice France
0,5%La croissance mondiale pourrait perdre 0,5% au premier trimestre à cause du coronavirus.

L’Italie est désormais le principal foyer de coronavirus d’Europe, le seul pays de l’UE à avoir placé des populations en isolement, et le troisième plus gros foyer épidémique du monde derrière la Chine et la Corée du Sud. Mais l’Italie, c’est aussi un des pays qui, en termes d’arnaques, fait preuve d’une imagination à toute épreuve. Dès que l’occasion se présente, les malfrats ne manquent pas de la saisir.

Une nouvelle arnaque quelques heures seulement après la crise

La situation critique en Italie a été identifiée depuis le week-end du 22 février 2020 : le nombre de cas découverts n’a cessé d’augmenter, il y en a plus de 200 au 25 février 2020, et quelques décès ont été signalés. Mais il n’aura pas fallu très longtemps pour que les arnaqueurs inventent une nouvelle manière de détrousser les personnes âgées.

Dès le 23 février 2020, plusieurs cas d’une nouvelle arnaque au « tampon Covid-19 » ont été signalés aux autorités. Le principe est le même que celui de l'arnaque aux faux agents EDF ou des faux policiers : les arnaqueurs trouvent un prétexte pour entrer dans les maisons des personnes âgées et isolées et les détroussent de leurs biens.

Le faux « tampon Covid-19 »

Dans le cas du coronavirus, il semblerait que des personnes appellent de la part de la Croix Rouge ou des autorités sanitaires chez les personnes âgées. Elles les informent alors qu’elles sont chargées de réaliser les tests pour le Covid-19 et d’attribuer, en cas de non-contamination, un « tampon »… qui n’existe bien évidemment pas. Tout est faux, mais malheureusement ça marche.

Alors que la France se prépare à ce que l’épidémie devienne pandémie et qu’elle arrive sur son territoire, il est possible qu’une telle arnaque se développe de ce côté-ci des Alpes.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis