Les catastrophes naturelles n’ont coûté « que » 45 milliards de dollars au premier semestre 2013

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 10 juillet 2013 à 3h16

Dans le monde entier, le vent, l'eau, la terre s'agitent parfois et provoquent des dégâts humains et économiques incommensurables. Rien que sur les six premiers mois de l'année, les dégâts liés aux aléas naturels se chiffrent dans le monde entier à 45 milliards de dollars, selon le rapport rendu public hier par l'entreprise allemande Munich Ré, le premier réassureur mondial.

Plus de catastrophes naturelles, mais moins de dégâts

Certes la sommes est colossale, mais en réalité, elle est bien inférieure aux autres années, alors même que le nombre de catastrophes naturelles est en augmentation (460 au premier semestre, versus 390 en moyenne depuis dix ans) ! En comparaison, au premier semestre 2012, le coût des dégâts s'était élevé à 58 milliards de dollars. Sur la même période au cours des dix dernières années, la moyenne est carrément de 85 milliards de dollars. L'impression que les destructions occasionnées par le déchaînement des forces de la nature serait donc erronée...

Les assureurs ont pris en charge 30% du montant des dégâts

Outre les victimes, les assureurs se retrouvent directement impactés par la colère de la nature puisqu'ils doivent éponger une partie des frais engagés pour la reconstruction de la zone touchée. Mais cette année, ils s'en sortent plutôt bien : sur les 45 milliards de dollars de dégâts, ils ont dû prendre en charge 13 milliards, soit 30% des coûts globaux (contre 22 milliards en moyenne ces dix dernières années sur la même période). Ce qui leur a coûté le plus cher, ce sont les inondations, qui représentent la moitié des dégâts et des pertes assurées, notamment celles en Europe centrale, mais aussi au Canada.

Ensuite c'est la tornade spectaculaire qui a dévasté la petite ville américaine de Moore, près d'Oklahoma City, qui s'avère le deuxième événement le plus coûteux pour les assureurs.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis