Présidentielle : le protocole sanitaire pour voter sera minime (voire nul)

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 31 mars 2022 à 9h48
Democratie Vote Elections
30%Le taux de positivité des tests a dépassé 30% le 27 mars 2022.

La France a décidé de lever, depuis le 14 mars 2022, les mesures de restriction sanitaire en vigueur dans le pays. Une décision critiquée, notamment par l’OMS, et qui fait partie des causes de la hausse des cas de Covid-19 en France. Mais pour l’élection présidentielle de 2022, qui se tient en avril 2022, le gouvernement semble vouloir limiter les risques… sans pour autant prendre des mesures strictes.

Pas de Pass sanitaire ou vaccinal pour aller voter

Le 30 mars 2022, l’exécutif a explicité les règles appliquées pour le vote, face à l’inquiétude de certains qui se demandaient si les personnes positives aux virus pouvaient aller voter (alors qu’il y a plus de 150.000 nouveaux cas de Covid-19 en France chaque jour). Sans surprise, il n’est pas interdit aux personnes contaminées d’aller voter.

D’ailleurs, le protocole précise que pour voter, il ne sera pas nécessaire de présenter un Pass sanitaire ou un Pass vaccinal, ni même un résultat de test. Inversement, la demande de ces documents est interdite, souligne l’exécutif dans le protocole.

Gestes barrière : que chacun fasse un peu comme il veut

On aurait pu penser que le gouvernement décide malgré tout d’imposer, pour le vote, des gestes barrière comme la distanciation sociale, le port du masque ou encore le gel hydroalcoolique…. Il n’en sera rien. Si le gouvernement recommande ces gestes, ils ne seront pas obligatoires : il sera possible de rentrer dans un bureau de vote sans masque, de faire la bise à tout le monde et ainsi de suite. D’ailleurs, il n’y aura aucune jauge concernant le nombre d’électeurs pouvant être présents dans la salle.

Par contre, les membres des bureaux de vote devront se laver les mains ou utiliser du gel hydroalcoolique régulièrement, ainsi qu’aérer la salle et nettoyer le matériel, notamment les stylos.

Seule mesure qui, finalement, sera mise en place : des entrées et sorties distinctes des bureaux de vote. Pour le reste, ce ne sont donc que des conseils et des recommandations.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis