Esclavage : la France attaquée pour « crime contre l’humanité », à qui le tour ensuite ?

Par Philippe David Modifié le 12 janvier 2013 à 8h39

OPINION

Le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) avait terminé l’année 2012 en touchant le fond avec ses propos nauséabonds sur Miss France. On aurait pu espérer, trêve des confiseurs aidant, que les choses repartiraient d’un meilleur pied en 2013 et que les premiers froids de l’hiver permettraient à cette association communautariste de retrouver la tête froide et d’essayer de remonter à la surface.

Pas du tout, le CRAN a continué à creuser à tel point qu’il est probable qu’il découvre du gaz de schiste avant même la fin du mois de janvier. Cette fois-ci ce n’est pas en sortant des inepties suite à un concours de beauté mais en soutenant le dépôt d’une plainte contre l’Etat par une guadeloupéenne demandant réparation, ses aïeux ayant été esclaves jusqu’en 1837. Trouvant qu’une seule plainte n’était pas suffisante Louis Georges Tin, le Président du CRAN, a lancé un appel aux descendants d’esclaves pour poursuivre la France en justice en affirmant, menaçant : « L'État peut s'attendre à une pluie de procès ».

Inutile de dire que cette plainte tout comme ces menaces laissent rêveurs. Bien sur, nul ne peut défendre ce que fût l’esclavage et je ne connais personne ayant plus de deux de quotient intellectuel qui pourrait défendre cette abomination. Mais alors allons plus loin et que ces associations n’attaquent pas l’Etat français, c'est-à-dire des citoyens dont aucun n’était né avant 1848 date de l’abolition de l’esclavage, ou alors qu’elles attaquent TOUS les responsables. Qu’ils attaquent les descendants de noirs africains qui vendaient les victimes de ce trafic de chair humaine. Qu’ils attaquent les descendants des marchands arabes qui pratiquaient également le trafic d’esclaves à grande ampleur. Chiche ?

Et après tout en tant que Français, n’avons nous pas le droit de demander des dédommagements aux italiens dont les ancêtres romains ont envahi notre pays en 52 avant Jésus Christ ? N’avons-nous pas le droit, nous français de toutes origines, de demander des dédommagements aux pays scandinaves pour l’invasion de notre pays par les Vikings à qui nous avons dû céder la Normandie ? N’avons nous pas aussi le droit de demander aux anglais des dédommagements en série suite à la guerre de cent ans et à toutes les guerres qu’ils ont mené contre nous tout comme aux allemands pour les trois dernières guerres qui eurent lieu sur le sol de France ?

Nous risquerions simplement de nous voir demander des réparations par les Anglais pour l’invasion de Guillaume le Conquérant en 1066, par les Espagnols pour le comportement de nos troupes en 1808 ou par les Allemands pour leur avoir déclaré la guerre en 1870 sans motif absolument indiscutable sans oublier les russes qui pourraient nous reprocher la guerre de Crimée ou la campagne de Russie.

Si on suit la rhétorique du CRAN, les procès au niveau mondial vont se compter par millions. Le CRAN, il ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on le reconnaît.

Philippe David, 46 ans, est cadre dirigeant à l'international, auteur de plusieurs livres politiques dont le dernier, « De la rupture aux impostures », est sorti en 2012 aux éditions du Banc d'Arguin. Il est également chroniqueur sur Sud Radio.

Aucun commentaire à «Esclavage : la France attaquée pour « crime contre l’humanité », à qui le tour ensuite ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis