Comptabilité publique : les Etats-Unis gagnent quelques points de PIB surprise

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 30 juillet 2013 à 5h52

Si seulement cela pouvait arriver en France ! Alors que les pays de l'Union Européenne luttent chaque trimestre avec acharnement pour arracher quelques dixièmes supplémentaires de croissance et booster leur PIB, les Etats-Unis viennent d'annoncer qu'ils avaient trouvé un moyen de le faire grimper de 3%, comme le rapporte le Financial Times ! D'un seul coup de baguette magique. Mais comment font-ils ?

Le plus grand changement de comptabilité depuis près d'un siècle

Ils changent tout simplement de méthode de calcul ! Il fallait y penser... En fait, ils vont à présent notamment intégrer dans le PIB l'apport de la production intellectuelle dans l'économie nationale. Explications : les dépenses en recherche et développement, le divertissement ainsi que la création littéraire et artistique vont désormais être considérés comme des investissements à part entière.

Les statisticiens du Bureau d'analyse économique américain, l'équivalent de l'Insee en France, vont aussi modifier la comptabilité des retraites, en prenant en compte les versements effectués par les fonds de pension au fil de l'eau, et non plus en une seule fois, comme c'était le cas avant. Il s'agit ni plus ni moins du plus important changement méthodologique concernant l'économie américaine depuis 1929 !

Les Etats-Unis se conforment à la méthode prônée par les Nations Unies

En fait, tous les cinq ans, la comptabilité nationale peut être révisée. Les modifications doivent simplement être rendues publiques.

Loin d'appliquer des règles mathématiques ubuesques, les Américains se conforment en réalité à une recommandation des Nations Unies qui date de 2008. Tous les pays du monde sont censés mettre en place cette nouvelle méthodologie. Mais pour l'instant, seuls l'Australie et le Canada sont passés aux nouvelles normes. L'Europe devrait quant à elle s'y mettre en 2014.

Au grand dam de certains analystes, qui pointent déjà du doigt une croissance « en trompe-l'œil », qui inciterait les politiques à relâcher leurs efforts en matière de lutte contre les déficits.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis