6% de croissance et 180 milliards d’épargne en France fin 2021 ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 15 juin 2021 à 9h10
France Attractivite Investisseurs Etrangers 1
142 MILLIARDS €Le surplus d'épargne Covid est estimé à 142 milliards d'euros en France en mai 2021.

La Banque de France a publié, le 14 juin 2021, ses dernières statistiques pour l’année 2021. Ses prévisions de croissance sont légèrement en hausse : la France pourrait même connaître une croissance supérieure à celle de la Zone euro en 2021. De leur côté, les ménages continueront à épargner massivement.

Presque 6% de croissance en France en 2021

Voilà qui devrait rassurer le gouvernement, même si cette prévision reste soumise à l’incertitude d’une quatrième vague de la Covid-19 qui pourrait venir du variant Delta qui se propage et qui a conduit le gouvernement britannique à repousser d’un mois le déconfinement total du pays. La France devrait connaître, selon la Banque de France, une croissance record de près de 6%, 5,75% très précisément, en 2021.

La croissance en France sera même supérieure, selon la Banque de France, à celle de l’ensemble de la Zone euro pour qui une croissance de 4,6% en 2021 est attendue. Néanmoins, une telle croissance de 5,75% ne permettra pas d’effacer la récession de 2020 : le PIB avait chuté de 8% et il faudra donc au moins attendre 2022 pour retrouver un niveau de richesse pré-pandémie.

L’épargne continuera de grimper… et ensuite ?

Concernant l’épargne Covid, le surplus d’épargne cumulé durant la pandémie, elle devrait continuer d’augmenter selon les prévisions de la Banque de France. Mais à un rythme bien moins élevé qu’en 2020.

Fin mai 2021, ce surplus d’épargne était estimé à 142 milliards d’euros ; il devrait atteindre 180 milliards d’euros fin 2021, soit 38 milliards d’euros de plus. Sans surprise, la Banque de France estime que cette épargne est stratégique pour la relance et, surtout, pour 2022.

Il reste cependant le problème de la perception de l’épargne Covid qui a été majoritairement cumulée par les ménages riches. Ces derniers risquent d’en dépenser moins que prévu, la considérant comme du patrimoine (donc destiné à être conservé) et non du revenu (destiné à être dépensé).

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «6% de croissance et 180 milliards d’épargne en France fin 2021 ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis