Cryptomonnaie : la Suède prépare la « Couronne numérique »

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 21 novembre 2022 à 18h50
Suede Amende Politique Corruption International Legislation Lutte
1 EUROUn euro vaut environ 10,20 couronnes suédoises.

Le succès du Bitcoin, dont la valeur a atteint des sommets, et des autres cryptomonnaies, basées sur la technologie de la blockchain, intéresse de plus en plus les États. La BCE a même un projet d’euro numérique dans les cartons mais en Europe, ce pourrait bien être la Suède qui lancera la première monnaie numérique officielle.

La Suède quasiment plus de cash depuis longtemps

Si en Allemagne certains commerçants n’acceptent toujours pas, en 2020, les cartes de crédit, et ce quel que soit le montant payé, en Suède la situation est l’inverse : déjà en 2019, seuls 10% des paiements étaient réalisés par carte et autres moyens de paiement électronique ; et certains commerçants n’acceptent plus du tout l’argent liquide. Une situation impensable en France, par exemple, où la loi interdit un commerçant de refuser du cash (pour des sommes inférieures à 1.000 euros), et ce même durant la pandémie.

Face à cette tendance de fond, la Suède a annoncé avoir lancé le premier projet de monnaie numérique d’état qui devrait voir le jour dans les années à venir. Première étape : une évaluation de la faisabilité du projet, annoncé par le ministre des Finances suédois, Per Blound, début décembre 2020. Ce projet devrait durer deux ans, jusqu’à fin 2022.

Plus de cash en Suède en 2023 ?

Le projet suédois a une deadline qui correspond, en réalité, à la fin de l’argent liquide dans le pays : selon la Riksbank, la banque centrale suédoise, les paiements en liquide pourraient être de l’histoire ancienne en Suède dès 2023. Mais la banque centrale s’inquiète de l’accessibilité des paiements bancaires dématérialisés pour l’ensemble de la population.

Le « e-Couronne », le nom n’est pas encore fixé, pourrait être une solution. Mais à la différence du Bitcoin et des autres cryptomonnaies, très volatiles puisque non adossées à une économie réelle, cette nouvelle cryptomonnaie serait ce qu’on appelle un « stablecoin », une monnaie virtuelle mais adossée à la monnaie réelle. De quoi lui permettre d’être, justement, stable et ne pas risquer des hausses ou baisses exceptionnelles comme les connaissent Bitcoin et semblables.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis