De l’huile d’olive sur le feu de la crise européenne

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Simone Wapler Publié le 7 décembre 2016 à 18h35
Italie Crise Economique Banques Actifs Toxiques
10 milliards ?Les banques italiennes Monte Dei Paschi Di Siena et UniCredit doivent trouver 10 milliards d'euros pour se recapitaliser.

Les Italiens ont voté « non » au référendum de Matteo Renzi qui a démissionné.

Ceci complique sérieusement la situation des deux grandes banques italiennes, Monte Dei Paschi Di Siena et UniCredit qui sont censées trouver rapidement 10 milliards d’euros pour se recapitaliser. Des milliards que, bien évidemment, personne n’a et qu’il conviendra de faire surgir discrètement du néant. Bail in, les déposants payent ? ?Bail out, les contribuables italiens et européens payent ? Les décisions vont être difficiles à prendre sans gouvernement…

En attendant, ce bon Mario Draghi à la BCE va prolonger ses rachats obligataires pour tenter d’enrayer la hausse des rendements obligataires. A ce sujet, Bill Bonner, parle de véritable « guerre contre les marchés » menée par les banques centrales. Notons que – malgré des rachats obligataires de 80 milliards d’euros par mois – le rendement de l’emprunt de l’Etat italien a doublé, passant de 1% à 2%. La guerre contre les marchés ne réussit donc pas à les exterminer tout à fait.

La prolongation des QEE (quantitative easing à l’européenne), alors même que Janet Yellen de l’autre côté de l’Atlantique s’apprête à relever les taux directeur de la Fed, risque de détourner les investisseurs étrangers de l’euro. La dette française va paraître moins alléchante aux acheteurs étrangers ; quant aux investisseurs nationaux, les épargnants qui souscrivaient des contrats d’assurance-vie en euro assis sur la dette française, ils prennent progressivement conscience du danger ; la collecte a considérablement ralenti depuis la promulgation de la loi Sapin et l’argent est même sorti en octobre pour la première fois depuis trois ans. Qui va acheter la dette française ? Il va falloir que Mario Draghi sorte l’artillerie lourde dans sa « guerre contre les marchés ».

Pendant ce temps, les Allemands aimeraient bien au contraire que le problème de la dette en euro soit résolu autrement que par la création monétaire. On l’a oublié mais la Grèce patauge toujours dans les déficits chroniques et le dossier n’est pas refermé. Pour rajouter un peu d’huile sur le feu de cette pétaudière, le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, a indiqué avant la réunion des ministres des Finances de l’Europe ce lundi 5 décembre que la Grèce devait maintenant se réformer ou quitter l’euro.

Depuis 2010, la Grèce a reçu 300 milliards d’euros de prêts d’urgence, mais sans mettre en place les réformes demandées en contrepartie alors même que les intérêts sur la dette non effacée sont extrêmement bas… L’euro, construction politique, peut-il survire lorsque la volonté politique n’est plus ? Votre propre banque peut-elle résister si l’épave de la banque systémique UniCredit par à la dérive faute de renflouement ? Il est temps de préparer votre patrimoine à une année 2017 qui sera tendue pour l’euro. Comment faire ?

Evidemment, l’or, la monnaie universelle et multimillénaire qui a toujours été le moyen de se protéger contre les bêtises des gouvernements, a une place dans votre stratégie de défense. Pour le moment, les gens se réfugient vers le dollar, donc l’or n’est pas cher. C’est lorsque les polices d’assurance ne sont pas chères qu’il faut y souscrire !

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Simone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l'éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd'hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.Elle a publié "Pourquoi la France va faire faillite" (2012), "Comment l'État va faire main basse sur votre argent" (2013), "Pouvez-vous faire confiance à votre banque ?" (2014) et “La fabrique de pauvres” (2015) aux Éditions Ixelles.