Les Franciliens qui quittent la région perdent en niveau de vie mais gagnent des mètres carrés

43 %
En partant vivre en province, les personnes seules gagnent en surface
habitable dans leur nouveau logement (+43% en moyenne).

Même si leur niveau de vie diminue quelque peu, les habitants d’Ile-de-France qui déménagent vers une autre région y accèdent systématiquement à un logement plus grand, apprend-on d’une étude de l’INSEE.

Des écarts de niveau de revenus parfois importants par rapport aux habitants déjà installés

D’année en année, l’Ile-de-France perd des habitants. Les départs sont chaque année plus nombreux que les arrivées : en 2018 par exemple, près de 240.000 personnes ont quitté l’Ile-de-France pour la province, alors que 139.000 se sont installées dans la région. En partant vivre en région, la plupart de ces personnes n’accèdent pas à un niveau de vie plus élevé, mais gagnent des mètres carrés en louant ou acquérant à un même prix un logement en province, nous apprend l’INSEE dans une nouvelle étude.

Avant leur départ, les ménages ayant quitté l’Ile-de-France ont un niveau de vie mensuel médian de 2.230 euros (ce qui est d’ailleurs supérieur de 180 euros au niveau de vie de l’ensemble des ménages franciliens). Mais une fois qu’ils se sont installés en province, ce niveau de vie médian diminue légèrement pour atteindre 2.025 euros. Toujours est-il que les anciens Franciliens sont souvent plus aisés que les résidents des villes dans lesquelles ils s’installent : ainsi, à Nantes et à Bordeaux, les arrivants d’Ile-de-France ont en moyenne un niveau de vie supérieur de 30% à celui de leurs nouveaux voisins (résidents de la même commune).

En déménageant en province, un Francilien gagne 18 m² en moyenne

En moyenne nationale, les écarts de niveau de revenus sont moindres, mais toujours importants (15% en moyenne). Les écarts de niveau de vie avec les résidents déjà installés sont particulièrement importants pour les ménages de 40 à 59 ans arrivant dans des communes comme Lille, voire Lyon, ainsi que pour les ménages les plus âgés.

Autre enseignement de cette étude : en quittant l’Ile-de-France, les Franciliens accèdent toujours à un logement plus grand. À configuration du ménage inchangée au moment du déménagement, le gain de surface habitable atteint en moyenne 18 m² pour une personne seule de moins de 30 ans et 30 m² pour un couple de 30 à 39 ans avec enfant(s), soit une hausse de la superficie du logement respectivement de 52% et 43%, a calculé l’INSEE.


A découvrir