La Russie se rapproche de plus en plus d’un défaut de paiement

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 15 avril 2022 à 8h50
Kremlin Russie Achat Or Valeur Stockage Poutine Dollar
650 MILLIONS $La Russie doit payer en dollars deux échéances de dette d'un montant de 650 millions de dollars.

Alors que sur le terrain les combats continuent en Ukraine, la guerre économique se durcit entre l’Occident et la Russie. Entre sanctions et contre sanctions, saisies de biens et blocages d’entreprises, la Russie semble tenir le coup. Mais elle risque de se retrouver en réel défaut de paiement sur sa dette souveraine dès début mai 2022…

La Russie déjà estimée en « défaut de paiement sélectif »

La première agence de notation à avoir estimé que la Russie s’était rendue coupable de ne pas avoir honoré une échéance liée à sa dette souveraine, ce qui conduit un pays au défaut de paiement (soit une faillite), a été Standard&Poor’s. Mais il s’agissait d’un défaut de paiement dit « sélectif », moins grave sur le plan économique.

La raison ? Une échéance de 650 millions de dollars payée début avril 2022 et dont le contrat précisait qu’elle devait être réglée en dollars, a finalement été payée en roubles par le Kremlin. Une rupture de contrat qui posait problème à Standard&Poor’s : les créanciers, étant donnée la situation internationale, n’auraient pas pu convertir les roubles en dollars sans perdre de l’argent. Ce paiement revenait donc à ne pas honorer l’intégralité de l’échéance de la dette.

Moody’s s’aligne sur la position de S&P mais donne un délai à la Russie

La situation s’est compliquée pour la Russie : alors que le Kremlin a tenté, par un tour de passe-passe, d’obliger les entreprises européennes à payer son gaz en roubles, le Trésor américain a interdit le paiement des dettes en une autre devise que le dollar. Et si le Kremlin dispose d’avoirs, en dollars, un peu partout dans le monde, ces avoirs sont en grande partie gelés à la suite des sanctions.

L’agence de notation Moody’s s’est donc résolue à s’aligner sur la position de Standard&Poor’s : dans un communiqué publié le 14 avril 2022, elle donne un mois à la Russie pour payer sa dette en dollars.

Deux échéances sont visées : celles du 4 avril 2022 concernant deux obligations arrivant à échéance en 2022 et 2042. « Les contrats obligataires ne prévoient aucun remboursement dans une autre devise que le dollar », explique Moody’s qui prend toutefois des précautions. Les États ont un délai d’un mois pour honorer leurs échéances de dette avant d’être considérés en défaut de paiement. La Russie « pourrait être considérée en défaut de paiement » le 4 mai 2022, si la situation n’évolue pas dans le bon sens.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis