Dieselgate : de nouveaux constructeurs visés par la justice allemande

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 28 avril 2022 à 17h02
Dieselgate Justice Allemande Stellantis Suzuki
20%La plupart des véhicules testés dans le cadre du Dieselgate émettent au moins 20% de plus de CO2 que la déclaration des constructeurs.

Le constructeur automobile Suzuki, ainsi que le Français Stellantis, sont accusés par la justice allemande d’avoir vendu des dizaines de milliers de voitures « équipées de dispositifs illégaux ».

Des perquisitions en Italie, en Allemagne et en Hongrie

Mercredi 27 avril 2022, plusieurs perquisitions de la part du parquet de Francfort sur le Main en Allemagne ont visé les locaux des constructeurs Suzuki, Stellantis et l’équipementier Marelli. Ces perquisitions se sont faites dans le cadre d’une enquête allemande sur la vente de voitures avec des moteurs diesel truqués. Suzuki est, par exemple, accusé d’avoir vendu « plus de 22.000 véhicules équipés de dispositifs illégaux ».

Les moteurs non conformes ont été fournis au constructeur japonais par le groupe Fiat Chrysler Automobile (FCA) et équipés par le groupe Marelli. FCA ayant fusionné avec PSA fin 2020 pour devenir le groupe Stellantis, c’est donc ce dernier qui est dans le viseur de l’enquête allemande pour « soupçons de fraude ». Les perquisitions ont eu lieu à Heidelberg, en Allemagne, à Corbetta, en Italie et à Esztergom, en Hongrie.

Un scandale de 2015

L’enquête sur les moteurs truqués en Allemagne a débuté en 2015 avec le groupe allemand Volkswagen accusé d’avoir vendu 11 millions de véhicules équipés de moteurs truqués. Ces dispositifs ont permis aux voitures de paraître moins polluantes lors de tests en laboratoire que ce qu’elles ne l’étaient réellement. Ainsi, les voitures sont présumées « non conformes aux normes » antipollution imposées par l’Union européenne.

En 2018, le ministère des Transports japonais avait annoncé que le constructeur Suzuki avait reconnu avoir truqué des véhicules pour pouvoir les mettre à la vente en Europe. Depuis, la justice allemande traque les constructeurs qui voudraient passer outre les normes antipollution européennes en trafiquant les moteurs des véhicules ou en falsifiant les résultats des tests.

Aucun commentaire à «Dieselgate : de nouveaux constructeurs visés par la justice allemande»

Laisser un commentaire

* Champs requis