La taxe du jour : coucou, revoilà l’écotaxe !

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 25 novembre 2014 à 14h13

L'Ecotaxe semble jouer à cache-cache avec le gouvernement et ses détracteurs : créée, suspendue, annulée... la voilà de nouveau présente dans les projets du gouvernement. Et c'est Ségolène Royal, ministre de l'environnement, qui le dit. C'était pourtant elle qui avait suspendu « sine die » l'écotaxe en octobre, avant de l'annuler complètement. Et maintenant elle est pour une expérimentation de l'écotaxe en Alsace et en Lorraine.

Le gouvernement ne friserait-il pas la schizophrénie sur ce dossier ?

Ecotaxe, es-tu là ?

Ségolène Royal a donc créé la surprise, lundi 24 novembre 2014, lors d'une conférence à Paris. Alors que jeudi et vendredi 27-28 novembre 2014 se tiendra la conférence environnementale, elle revient sur l'écotaxe. Pour nous expliquer qu'en fait on n'a rien compris. Eh bien oui, l'écotaxe, en fait, elle n'a jamais disparu.

Ce qui est dans la loi est « la suspension du contrat avec Ecomouv' qui n'est pas la suspension de l'écotaxe » a déclaré la ministre. Mince alors, on avait tout compris de travers.

« Il y a beaucoup de confusion sur ce sujet : ce n'est pas la suspension de l'écotaxe, qui est inscrite dans la loi, c'est la suspension des modalités de l'application de cette écotaxe sous la forme du contrat Ecomouv' »

L'écotaxe en test en Lorraine et en Alsace

Bon, alors, résumons : l'Ecotaxe n'est pas abandonnée mais le contrat avec Ecomouv', lui, l'est... ce qui va coûter à l'Etat un tas d'argent pour rupture de contrat. Qui plus est, les 157 salariés d'Ecomouv' se retrouvent donc à la rue.

L'Ecotaxe, elle, continue d'exister. Une phase de test sera programmée en Lorraine et en Alsace en 2015 ou en 2016 selon François Hollande, qui était en déplacement à Florange lundi 24 novembre 2014.

En attendant, au niveau national, Ségolène Royal a mis en place un groupe de travail qui est chargé de définir les modalités par lesquelles les transporteurs peuvent financer les infrastructures selon le principe « pollueur/payeur ».

Rendez-vous, donc, au prochain épisode... qui sera, en toute logique, une nouvelle suspension.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis