L’Ecume des voeux

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Cyrille Darrigade Publié le 24 décembre 2021 à 14h48
Allocution Emmanuel Macron 12 Juillet 2021
6,25%Le gouvernement prévoit désormais une croissance de 6,25% pour la France en 2021.

Exercice de rhétorique symbolique de la Vème République, la présentation des voeux aux Français par le Chef de l’Etat est un passage incontournable en politique pour créer du sens. Décriés, ringards, ces voeux télévisés réalisent pourtant des records d’audience. Il est à parier que ceux d’Emmanuel MACRON seront « en même temps » présidentiels et proches des gens. En somme, l’éthos codifié, sans surprise.

Au-delà des messages classiques à la Nation, l’intention d’une nouvelle candidature ne peut trouver une place que par des allusions furtives. Il n’est pas possible de se lancer dans la course pour un second quinquennat au soir de la Saint-Sylvestre. Pour autant, il est possible d’insuffler des connotations personnelles.

Le Général de Gaulle, qui fut le premier à faire entrer les caméras à l’Elysée en 1959, paria le plus souvent sur des formats courts, au regard de l’époque et des procédés télévisuels. Pragmatique, Georges Pompidou optera pour une allocution de 4 minutes en 1970. Un record inégalé depuis.

Les voeux les plus innovants reviennent à Valéry Giscard d’Estaing, imprégnés de la rupture et du dynamisme qui marquera son septennat. Cependant, la nouveauté ne doit pas virer à la désacralisation de la fonction. Le caractère improvisé, au coin du feu, signera les premiers couacs dans sa communication ; l’exagération du trait sans doute. Ou la difficulté d’être simple sans être simpliste.

François Mitterrand reviendra pour sa part à un exercice plus équilibré. Le ton et les messages politiques se montrent plus conformes à l’image des institutions. Sa dernière allocution, le 31 décembre 1994, eut la teneur d’un testament. L’homme au seuil d’un double septennat, atteint par la maladie, se confia aux Français : « Je crois aux forces de l’esprit et je ne vous quitterai pas ».

Jacques Chirac se montrera plus à l’aise avec les voeux durant les années de cohabitation mais aussi à la veille de son départ de l’Elysée. Posture d’autorité et chaleur humaine seront ses marqueurs. Nicolas Sarkozy renforcera le pathos en instaurant le direct sous la forme d’un dialogue avec les Français.

François Hollande fera le choix de voeux politiques, signant le déclin de sa crédibilité. Promettant d’inverser la courbe du chômage dès le début de son quinquennat, cette annonce lui sera fatale et souvent reprochée.

Que reste-t-il à Emmanuel MACRON s’il analyse les prestations de ses prédécesseurs ? Jusqu’ici, seul Jacques Chirac se présenta debout face aux téléspectateurs. Va-t-il réitérer ce format ? Son intervention pourrait-elle être plus brève ? Mais surtout, qu’en restera-t-il dans ce climat de précampagne électorale ? Jupiter va vouloir décrocher la lune comme Boris Vian voulait le faire avec son roman, mais la critique qui s’en suivra risque d’écumer le fond comme la forme. Sans parler qu’après les fêtes, l’écume des voeux, légère et lumineuse pour les uns, sera aussi grave, grinçante et mobilisatrice pour les autres.

Les voeux présidentiels restent avant tout un exercice de communication. Pour les dérouler, comme disait André Gide, le chemin est aussi spacieux que la porte est étroite. Mieux vaut donc ne pas se perdre. Jupiter n’est pas Saint-Sylvestre. Si ce dernier niait la nature divine du Christ, le premier joue son avenir dans les urnes. La messe sera dite en avril prochain. Bonne et heureuse année 2022.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Consultant en relations presse et médias Diplômé en sciences de la communication et l’information de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

Aucun commentaire à «L’Ecume des voeux»

Laisser un commentaire

* Champs requis