Présidence du Medef : Geoffroy Roux de Bézieux, l’outsider favori

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par JOL Press Modifié le 5 juin 2013 à 15h29

Pierre Gattaz faisait figure de favori, mais c'est Geoffroy Roux de Bézieux, président du groupe Omea Télécom, qui a obtenu le plus de voix lors du vote du conseil exécutif du Medef, qui s'est prononcé à titre consultatif sur le successeur de Laurence Parisot. Le nom du prochain patron de l'organisation patronale sera connu le 3 juillet prochain.

C'est avec 19 voix – contre 18 pour Pierre Gattaz – que Geoffroy Roux de Bézieux, entrepreneur de 51 ans à la tête d'Omea Télécom (Virgin Mobile), a reçu le soutien du conseil exécutif du Medef, lors d'un vote consultatif. Les 45 membres du conseil exécutif de l'organisation patronale ont fait leur choix, à bulletin secret. Geoffroy Roux de Béziers a de fortes chances de remplacer en juillet Laurence Parisot, actuelle patronne des patrons, à la tête du Medef.

Talonné
Le président de l'un des principaux opérateurs de téléphonie mobile en France est talonné de près par Pierre Gattaz, patron du groupe des fédérations industrielles (GFI), lui-même suivi par Patrick Bernasconi, président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), qui a obtenu 6 voix. Hervé Lambel, patron de HDLC, n'a pas remporté de voix. Sur les 45 membres inscrits, un s'est abstenu et un autre a voté blanc.

Libéralisme assumé
Le 25 mars dernier, Geoffroy Roux de Bézieux annonçait sa candidature à la présidence du Medef dans une lettre adressée aux membres de l'organisation patronale, déclarant que cette démarche était d'abord « celle d'un entrepreneur ». « J'ai créé et développé à partir de rien deux entreprises de plusieurs centaines de salariés dans les télécoms », avait-il précisé.

Ancien président de l'Unedic et ancien vice-président du conseil d'administration de Pôle emploi, il souhaite que le Medef fasse la promotion d'« une politique de l'offre basée sur l'augmentation de la productivité et sur la compétitivité. » Selon lui, « la durée du travail hebdomadaire et au cours de la vie professionnelle, ne doit pas être un tabou ».

Dans une ligne très libérale bien assumée, Geoffroy Roux de Bézieux souhaite également une réforme radicale de l'assurance-chômage, en réduisant les durées d'indemnisation et en rabaissant le plafonnement des indemnités à 2 000 euros – contre 6 000 aujourd'hui.

La campagne pour la présidence du Medef continue encore pendant un mois. Les 560 membres du Medef se prononceront au cours d'une assemblée générale le 3 juillet prochain, afin d'élire leur nouveau président.

Lire d'autres articles sur Jol Press

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde". Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l’information, qu’elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.

Aucun commentaire à «Présidence du Medef : Geoffroy Roux de Bézieux, l’outsider favori»

Laisser un commentaire

* Champs requis