Elections : les marchés financiers tremblent face aux risques Mélenchon et Le Pen

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 11 avril 2017 à 11h12
Melenchon Grece Referendum Non Europe
20 %En général, aux élections présidentielles, l'abstention en France oscille autour de 20 %.

A 12 jours des élections, rarement les partis extrémistes, qu'ils soient de gauche ou de droite, n'ont vu leur candidat aussi populaire dans les sondages. Forcément, cela inquiète les marchés financiers...

Des sueurs froides

A l'extrême-gauche, Jean-Luc Mélenchon est désormais crédité de 18 % des voix dans les sondages, soit un demi-point seulement de moins que le candidat Les Républicains François Fillon. Il faut dire qu'il bénéficie notamment du manque de popularité du candidat du Parti Socialiste Benoît Hamon (qui récolterait moins de 10 % des suffrages). A l'extrême-droite, Marine Le Pen caracole toujours en tête, avec 24 % des intentions de vote, selon le résultat du sondage "Rolling" Ifop - Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio publié le 11 avril 2017.

De quoi donner des sueurs froides aux marchés financiers, très inquiets à l'idée d'une éventuelle sortie de la France de l'euro et de l'Europe (comme le souhaite le Front National) ou d'une taxation à presque 100 % des revenus supérieurs à 20 fois le revenu médian (comme le souhaite le Front de Gauche).

Un risque "Mélenchon"

Preuve de leur inquiétude, l'écart de taux d'emprunt à dix ans entre la France et l'Allemagne voisine grimpe de nouveau, à 70 points de base, comme le souligne Les Echos. Il y a en ce moment un écart de 0,7 % entre les taux français et les taux allemand, contre 0,3 ou 0,4 % en temps normal. Rien de dramatique, mais c’est significatif tout de meme. Cela montre que les investisseurs ont désormais intégré un risque “Mélenchon”, après avoir déjà intégré un risque “Le Pen”.

Les marchés craignent également qu'en cas de victoire de l'un ou l'autre de ces deux candidats extrêmes, la France perde la confiance de l'Allemagne et de ses autres partenaires européens.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.