Présidentielles américaines : deuxième débat Obama Romney sous haute tension

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 17 octobre 2012 à 5h26

Enfin ! se sont exclamés les partisans de Barack Obama. Eteint lors du premier débat (le 3 octobre), qui avait alors été largement remporté aux points par Mitt Romney, le deuxième affrontement cathodique des deux finalistes à l'élection américaine (le 6 novembre) a offert aux téléspectateurs américains un vrai débat hier soir. Provocations, interpellations, c'est à un véritable jeu d'acteurs que les deux candidats se sont prétés.

Si le débat portait aussi sur des sujets de politique internationale (Syrie, Libye, Afghanistan), c'est bien sûr encore une fois sur l'économie que l'affrontement a été le plus clivant, et en particulier sur l'emploi, le sujet le plus important pour les américains au fur et à mesure des enquêtes d'opinion.

Ainsi, Mitt Romney, affirmant lors du débat qu'il se préoccuperait de 100 % des américains une fois élu, s'est fait brocarder par Barack Obama qui a rappelé l'épisode de la vidéo dans laquelle son adversaire estimait que 47 % des américains étaient des assistés (voir ici).

Sur leurs politiques fiscales, Mitt Romney a promis qu'il "ne réduirai en aucun cas la part des contribuables les plus aisés, et je n'augmenterai sous aucune condition les impôts sur la classe moyenne. Les dépenses engagées par le président vont l'obliger à relever les impôts des Américains et pas seulement pour la tranche supérieure". Ce à quoi Barack Obama a répliqué que son adversaire prévoyait au contraire de réduire les impôts des plus aisés.

Quant au budget de l'Etat, dont on sait qu'il est sous forte pression, la loi fondamentale contraignant le gouvernement fédéral à faire des économies rapidement au risque de se retrouver en faillite, Mitt Romney a accusé son adversaire de conduire les Etats-Unis sur la route de la Grèce, rappelant que Barack Obama avait promis de réduire le déficit à son arrivée au pouvoir, alors qu'il a en fait doublé en quatre ans.

Un prochain débat consacré spécifiquement à la politique étrangère verra les deux candidats s'affronter le 22 octobre prochain.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).