Un embargo européen sur le charbon russe dès le 1er août 2022

Par Anton Kunin Modifié le 8 avril 2022 à 15h39
Ursula Von Der Leyen
4 milliards d'eurosLes importations de charbon en provenance de Russie valaient 4 milliards d'euros par an.

Si le sort du pétrole et du gaz russes font encore l’objet de débats, les États membres de l’Union européenne sont parvenus à se mettre d’accord sur un embargo concernant le charbon russe. Celui-ci entrera en vigueur le 8 août 2022.

Une interdiction d’exportations de produits technologiques européens vers la Russie

L’Union européenne arrêtera ses achats de charbon en provenance de Russie dès août 2022. Les États membres se sont donné quatre mois pour l’entrée en vigueur de cet embargo, décidé le 7 avril 2022 et entériné par la publication au Journal officiel de l’Union européenne le 7 avril 2022. L’Union européenne décrète par ailleurs un embargo sur le ciment, les fruits de mer et les liqueurs en provenance de Russie.

La cinquième salve de sanctions contre la Russie inclut également l’interdiction pour les navires russes d’entrer dans les ports d’Europe (hormis les navires transportant des denrées alimentaires et du carburant). Les transporteurs routiers russes et biélorusses ne pourront pas non plus entrer sur le territoire européen. Les entreprises européennes ont désormais l’interdiction d’exporter vers la Russie des produits technologiques tels que des ordinateurs quantiques, des semi-conducteurs, des équipements de transport et des machines « sensibles ». Enfin, davantage de banques russes ayant des liens avec l’État ont vu leurs avoirs en Europe gelés.

Le sort d’un embargo sur le pétrole et le gaz russes est en suspens

Si l’Union européenne est parvenue à frapper le secteur des énergies fossiles avec cet embargo sur le charbon, il faut savoir que les Vingt-Sept n’ont pas pu, pour l’heure, se mettre d’accord sur un embargo concernant le pétrole et le gaz russes. Un tel embargo, ce qui plus est, « total et immédiat », avait été souhaité par le Parlement européen le 7 avril 2022, qui avait adopté une résolution en ce sens. La résolution avait été votée par 513 eurodéputés (22 voix contre, 19 abstentions).

L’adoption d’un tel embargo est actuellement bloquée par les réticences de deux États membres : l’Allemagne et la Hongrie, celle-ci a fait savoir qu’elle voterait contre toute tentative de restreindre les importations de pétrole et de gaz russes.

Laisser un commentaire

* Champs requis