Énergie : L’Allemagne s’apprête à autoriser l’exploitation du gaz de schiste

Par Olivier Sancerre Modifié le 29 novembre 2022 à 9h16

On ne peut pas dire non à toutes les formes d'énergie. En attendant de développer les énergies renouvelables, il ne reste plus beaucoup d'options : le nucléaire ou les ressources fossiles.

L'Allemagne assouplit sa position

Suite à la catastrophe de Fukushima, l'Allemagne a décidé de laisser de côté l'énergie nucléaire en fermant toutes ses centrales à l'horizon 2022. La transition vers l'énergie durable s'annonçant difficile, le pays s'apprête à lever non seulement une interdiction, mais également un tabou, celui de la fracturation hydraulique.

Et qui dit fracturation hydraulique, dit nécessairement gaz de schiste. Le quotidien anglais Financial Times rapporte que l'Allemagne, sous pression des événements en Ukraine et de la menace de la Russie de couper le robinet de son gaz naturel, envisage très sérieusement d'autoriser la technique dite de la fracturation hydraulique, actuellement interdite.

Évidemment, cette technique sera exploitée après la mise en place de garde-fous. Le ministre de l'Économie, Sigmar Gabriel, a ainsi listé les conditions dans lesquelles il sera possible aux autorités régionales de délivrer des autorisations de forage. D'une, la décision reviendrait aux édiles en charge du contrôle de l'eau.

L'industrie réclame du gaz

On sait que la fracturation hydraulique implique de projeter de grandes quantités d'eau traitées avec des produits chimiques dans des failles, permettant ainsi d'en dégager le gaz enfermé. Une partie de cette eau se rejette ensuite dans l'environnement. Les autorisations ne seront délivrées qu'après une évaluation environnementale, dont les tenants et aboutissants feront l'objet d'une loi avant l'été.

Après une période de laisser-faire qui a profondément dégradé l'environnement autour des premiers puits de forage, une législation renforcée et l'amélioration des techniques d'extraction du gaz de schiste aux États-Unis ont permis aux industries de bénéficier d'une énergie très abordable. Et in fine, d'améliorer leur productivité. L'économie allemande voudrait à son tour bénéficier de cette manne qui représente environ 1,3 milliard de mètres cube de réserves de gaz de schiste.

C'est moins qu'en France, où gisent 3,9 milliards de mètres cubes, et où les oppositions sont fortes, tout comme en Allemagne. Le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg, est un des avocats de l'industrie du gaz de schiste. Arrivera t-il à faire assouplir la législation ?

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Énergie : L’Allemagne s’apprête à autoriser l’exploitation du gaz de schiste»

Laisser un commentaire

* Champs requis