L’Eurogroupe valide l’aide aux banques espagnoles

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Elisabeth Guedel Modifié le 20 juillet 2012 à 3h24

Eco Digest du 20 juillet 2012 (1) – Les 17 ministres des Finances de la zone euro ont rendez-vous au téléphone ce vendredi. Ensemble, ils vont officiellement donner leur feu vert à l’aide de 100 milliards d’euros destinée au secteur bancaire espagnol. Madrid a fait savoir que 62 milliards d’euros "seulement" suffiront, mais le reste constituera une réserve. Un premier versement de 30 milliards d’euros sera effectué lundi. En échange, l’Eurogroupe fournit à l’Espagne un plan très détaillé, en 32 étapes, de recapitalisation de ses banques à l'horizon juin 2013. L’Espagne continue d’emprunter à des taux insoutenables, le taux à 10 ans a dépassé les 7 % jeudi, après que le ministre du Budget a déclaré qu’il n’y avait plus rien dans les caisses pour payer les services publics. Évidemment, il y a des déclarations plus rassurantes pour restaurer la confiance des investisseurs. Assurément, l'Espagne n'est pas dans la liste des pays européens qui empruntent à des taux... négatifs. Lire l'analyse de Jean-Paul Betbèze : Emprunter à taux négatifs, une fausse bonne nouvelle ?

- La reprise sera lente au Royaume-Uni. Dans son tableau annuel de l’activité britannique, le Fonds monétaire international confirme la faiblesse de la reprise outre-Manche. Dans le rouge il y a deux ans, la croissance britannique est certes repassée dans le vert l’an dernier, atteignant 0,7 %, mais vient de reculer à 0,3 % seulement entre janvier et mars de cette année. Le FMI appelle Londres à prendre de nouvelles mesures de relance. Même analyse du côté du Premier ministre britannique. Dans le Daily Telegraph, David Cameron admet qu’il ne lui "semble pas que le relâchement de la pression soit pour bientôt". L’austérité, toujours et encore...

- Bruxelles tire les leçons du scandale du Libor. La Commission européenne veut punir de sanctions pénales les manipulations des taux interbancaires. Elle souhaite que ce genre de pratique soit qualifié de violation et d’abus de marché, et que chaque État membre de l’Union européenne puisse sanctionner les fautifs. Les législateurs européens planchent sur le sujet. Bruxelles espère qu’un texte final sera présenté à la fin de l’année pour une application des sanctions pénales en 2014.

La France pourrait bien l’appliquer s’il s’avère que la Société Générale et le Crédit Agricole sont bien impliqués dans le scandale de l’Euribor, le taux interbancaire européen. Les autorités de contrôle britanniques enquêtent actuellement sur les relations et les échanges entre des traders des deux banques françaises et ceux de Barclays, impliquée dans le scandale du Libor.

- En France, à partir du 1er janvier prochain, la taxe sur les risques systématiques des banques sera doublée. Les députés ont voté le principe. Cette taxe avait été mise en place l’an dernier et s’élève à 0,25 % des fonds propres. Elle passera donc à 0,5 %, ce qui rapportera 800 millions d’euros par an à l'État.

Aucun commentaire à «L’Eurogroupe valide l’aide aux banques espagnoles»

Laisser un commentaire

* Champs requis