L'euro vaut 1 dollar, une première historique

35 %
35% des importations de gaz allemandes viennent de Russie.

Pour la première fois depuis la mise en circulation de la monnaie européenne en 2022, l’euro et le dollar ont atteint la parité.

Une économie américaine agressive

Pour la première fois de son histoire en tant que monnaie unique de l’Union européenne, l’euro est venu se mettre à parité avec le dollar. Autrement dit, 1 euro équivalait exactement à un dollar aux alentours de 11h50 mardi 12 juillet 2022. À 12h10, l’euro avait ré-augmenté et s’échangeait contre 1,0024 dollar. Cette chute historique de l’euro s’explique en partie par la politique monétaire de la Banque Fédérale américaine (Fed). Celle-ci est, en effet, plus agressive que celle menée par la Banque centrale européenne (BCE) pour faire face à l’inflation.

Mi-juin 2022, la Fed a décidé de relever ses taux directeurs de 0,75 point, soit la plus forte hausse depuis 1994. La BCE a, de son côté, bien augmenté ses taux directeurs, mais moins que l’institution bancaire américaine. Si l’inflation ne peut pas être contenue par cette annonce de la Fed, il se pourrait même que l’institution bancaire accélère pour réduire coûte que coûte l’inflation. Pour Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com, « si l’inflation américaine est plus forte que le marché ne le prévoit, cela pourrait profiter au dollar ».

Hausse des prix de l’énergie

Une des autres raisons de la baisse historique de l’euro face au dollar est la flambée des prix de l’énergie et des matières premières qui pèsent sur l’Europe. Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la situation énergétique est tendue pour l’Union européenne. Avec l’instauration de sanctions envers la Russie, les livraisons de gaz venant de Russie à destination de l’Europe se trouvent fragilisées. 

35% de l’approvisionnement en gaz de l’Allemagne provient de la Russie. L’incertitude causée par les menaces de la Russie de couper complètement les vannes de l’approvisionnement en gaz fait chuter drastiquement l’euro face au dollar. L’incertitude à propos des importations de matières premières, notamment les céréales, dont la Russie et l’Ukraine sont les principaux exportateurs, ajoute des incertitudes sur les marchés.


A découvrir