Fin d’exonération de la taxe touristique pour les handicapés

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Lea Pfeiffer Modifié le 9 juin 2015 à 9h32
Shutterstock 155587316
125 EUROSLes vacances des personnes en situation de handicap leur reviendra 125 euros plus cher par séjour

La suppression de l'exonération de la taxe touristique pour les personnes handicapées, votée dans le cadre de la loi de finances, est passée inaperçue. A l'approche des vacances, elle fait grincer des dents.

Le texte voté en décembre dernier supprime l'exonération dont bénéficiaient les personnes handicapées depuis le décret n°2002-1549 du 24 décembre 2002. Devront également payer plein pot les bénéficiaires d'aides sociales, mutilés de guerre, les fonctionnaires en déplacement dans le cadre d'une mission ainsi que les familles nombreuses.

Un nouveau coup dans le pouvoir d'achat des handicapés

C'est l'association Vacances au Présent qui sort cette mesure de l'ombre en lançant une pétition sur le site change.org afin de réclamer le retour pur et simple de l'exonération pour les vacances des personnes en situation de handicap. Cet organisme de vacances adaptées pour des adultes déficients intellectuels basé à Grenoble déplore que « leur exclusion du champ des bénéficiaires de cette exonération constitue une charge supplémentaire non négligeable qui va s'ajouter à la perte de pouvoir d'achat grignotant de façon visible, depuis deux ou trois ans, les possibilités pourtant déjà particulièrement modestes de nos adhérents de partir en vacances ».

Selon l'IGAS, le nombre de personnes dans l'incapacité totale de travailler ou aux revenus insuffisants pour vivre, bénéficiant de l'allocation aux adultes handicapés, devait dépasser le million en 2014, contre près de 990.000 fin 2013.

Un surcoût non négligeable pour des millions de personnes

Le surcoût devrait être au moins de 125 euros par séjour à cause de cette taxe. En France, entre 2 et 2,5 millions de personnes sont reconnues comme handicapées par l'administration. Ce chiffre monte jusqu'à 11,5 millions si des critères plus larges sont adoptés.

Le tarif de la taxe de séjour est fixé par les communes dans le but de financer les dépenses liées à la fréquentation des touristes ou à la protection de leurs espaces naturels. Son montant dépend du classement de l'hébergement touristique Elle varie de 0,20 euro par personne et par nuitée de séjour dans un camping 1 ou 2 étoiles à 4 euros maximum dans les palaces.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Née en 1994, Léa Pfeiffer débute des études en journalisme audiovisuel à l'ISCPA de Paris une fois sortie bachelière de l'Ecole Boulle. Elle écrit occasionnellement des articles pour Economie Matin et le Journal de l'Economie. En parallèle, Léa Pfeiffer a déjà réalisé deux documentaires : "Aveugles 2.0", et "Capitale Zéro Déchêts". @aloonontheweb

Laisser un commentaire

* Champs requis