François Hollande plaide pour une zone de libre-échange en Inde

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par JOL Press Publié le 15 février 2013 à 18h43

Le président Hollande, en visite pour 48 heures en Inde, veut faire des Indiens les partenaires privilégiés de la France. Dans un entretien publié dans le quotidien The Times of India, le président français a plaidé pour un accord de libre-échange entre l’Union européenne et l’Inde, de manière à favoriser les échanges avec la France.

Des droits de douanes trop élevés

« En France comme en Inde, nous voulons relancer la croissance. Le développement de nos échanges commerciaux doit y contribuer. Mais disons les choses, les droits de douane indiens sont très élevés dans certains secteurs, par exemple dans le secteur agroalimentaire, » a regretté François Hollande lors de son entretien.

« Tout l’enjeu de l’accord de libre-échange en discussion entre l’UE et l’Inde est de donner une impulsion nouvelle à notre commerce dans les deux sens. Il doit être équilibré et mutuellement avantageux, » a ajouté le Président.

237 milliards d’échanges annuels bilatéraux en 2015

Depuis 2007, l’Inde et l’Union européenne négocient la signature d’un accord de libre-échange mais, alors que ces discussions devaient se terminer en 2011, l’accord n’est toujours pas signé. Cette zone de libre-échange pourrait faire passer les échanges commerciaux entre les deux pays de 92 milliards annuels à 237 milliards d’ici à 2015.

Lors de son entretien avec le Times of India, le président français n’a pas hésité à vanter les avantages que trouverait l’Inde en France. « Elles (les entreprises indiennes) sont les bienvenues. Elles trouveront en France les meilleures technologies, un bon niveau d’infrastructures, une main d’œuvre de qualité exceptionnelle et en plus, au cœur de la grande économie du monde : celle de l’Europe. »

Plaider pour la vente de 126 Rafale et d’une centrale nucléaire

La visite de François Hollande en Inde est largement axée autour de nombreux enjeux économiques très importants. Pour ce premier voyage officiel en Inde, François Hollande s’est entouré d’une importante délégation d’une soixantaine de chefs d’entreprise et de cinq ministres, parmi lesquels Laurent Fabius aux Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian à la Défense et Nicole Bricq au Commerce extérieur.

Un des objectifs de cette visite est de convaincre l’Inde de finaliser deux juteux contrats, en cours de finalisation et portant sur la vente de 126 Rafale et d’une centrale nucléaire.

Le premier contrat se chiffre à 12 milliards d’euros et, après l’échec de la vente de 60 avions de chasse aux Emirats Arabe Unis ainsi que la décision brésilienne de reporter encore une fois sa commande, l’Inde pourrait bien devenir le premier client français pour la vente de Rafale.

D'autres articles du même auteur sur le site de JOL Press

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde". Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l’information, qu’elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.

Laisser un commentaire

* Champs requis