La Redoute sauvée in extremis… Mais jusqu’à quand ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 25 mars 2014 à 4h47

Une signature à contre coeur. Après la CFE-CGC, la CFDT a finalement accepté de signer l'accord prévu dans le plan de cession de l'entreprise, quitte à susciter la colère de nombreux salariés.

La Redoute évite le dépôt de bilan

Malgré les licenciements de près d'un tiers de ses employés, La Redoute, une entreprise créée en 1837, spécialisée dans la vente à distance, n'aura pas à mettre la clef sous la porte. La société basée à Roubaix, dont la maison-mère était le groupe Kering, propriété du milliardaire François-Henri Pinault, va donc survivre, bon gré mal gré.

L'entreprise échappe en effet au dépôt de bilan voire à la liquidation judiciaire.

"On va tous tomber dans la misère"

Mais 1178 emplois -sur 3 437 (en France et à l'étranger)- vont être supprimés en l'espace de quatre ans.

Hier matin, à l'issue d'une assemblée générale, des salariés exprimaient leur désarroi, comme le rapporte la Voix du Nord. « J'ai 40 ans de boîte. Si l'accord est signé, comment je vais vivre ? On va tous tomber dans la misère » témoigne l'un d'eux. « On est assommé » expliquait un autre.

Les deux repreneurs, Nathalie Balla, PDG de La Redoute, et Eric Courteille, espèrent remettre l'entreprise sur les rails du succès. Ils prévoient notamment un retour à l'équilibre des comptes en 2017.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «La Redoute sauvée in extremis… Mais jusqu’à quand ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis