Insolite : la fausse publicité avec Hitler qui ne fait pas rire Mercedes

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 26 août 2013 à 15h40

Une fois de plus, une parodie de publicité faisant référence au nazisme et à son fondateur, Adolf Hitler, aura déclenché la polémique sur le thème du "on ne peut pas rire de tout".

Plutot doués, les élèves de l'Académie du Cinéma de Baden-Württemberg ont pastiché les publicités du constructeur allemand vantant les mérites de son tout nouveau système anti-collision, à tel point que l'on dirait une vraie publicité. Ce système d'assistance à la conduite déclenche un freinage d'urgence automatique lorsqu'un obstacle inattendu apparaît sur la route. Dans leur vidéo, les étudiants ont donc téléporté une Mercedes équipée de cette fonction dans le petit village autrichien de Braunau am Inn, au siècle dernier, village qui a la particularité d'avoir donné naissance à Adolf Hitler, en 1889.

Tuer Adolf Hilter enfant n'est pas approprié, pour Mercedes

La suite est facile à imaginer. Des enfants jouant sur la route au beau milieu du village sont magistralement évités par la Mercedes équipée du détecteur anti-collision. Mais quand, un peu plus loin, un petit garçon imprudent traverse devant la voiture et se fait malgré tout renverser, le spectateur s'interroge. "Pourquoi la voiture n'a-t-elle pas freiné ?" La réponse est on ne peut plus suggestive : sa mère, terrifiée, l'appelle : "Adolf, Adolf !". Et le spot s'achève d'abord sur une image du panneau "Braunau am Inn" puis sur le corps du petit garçon gisant au sol, formant une croix gammée. Et les étudiants en cinéma du Land de Baden-Württemberg de détourner le slogan publicitaire de l'assistance embarquée à la conduite de Mercedes : "Détecte les dangers avant qu'ils ne surviennent".

Leur performance n'a pas réellement enthousiasmé Mercedes. Le constructeur automobile a déclaré dans un communiqué qu''il "est innaproprié d'utiliser la mort d'un enfant en faisant référence au nazisme dans une publicité". A défaut d'avoir demandé le retrait de la vidéo de YouTube, déjà visionnée près de 700 000 fois, Mercedes a insisité pour que le film soit encadré de mentions rappelant qu'il s'agissait d'une fausse publicité. Détail cocasse, le pastiche a été sélectionné pour un prix de création audiovisuel baptisé "Premiers pas" dont.. Mercedes est un des sponsors. Les organisateurs du prix joueraient-ils avec le feu ?

La publicité litigieuse

Une vraie publicité de Mercedes pour son assistance à la conduite "Intelligent Drive"

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis