Si vous voulez une Ferrari n’allez pas travailler pour… Ferrari !

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 24 juillet 2017 à 7h42
Ferrari Achat Neuf Regle Attrivbution Galliera
8,8%Ferrari a vu son chiffre d'affaires grimper de 8,8 % en 2016.

Travailler pour un grand groupe permet souvent d’avoir des avantages que les petites entreprises ne peuvent pas permettre. Outre les salaires souvent plus élevés, les grands groupes offrent des aides, des compensations, de meilleures mutuelles et des avantages liés à leur activité. Chez Ferrari c’est également le cas… sauf pour ce qui est d’avoir une Ferrari.

Enrico Galliera : l’homme qui décide qui aura une Ferrari

Le constructeur italien de voitures de luxes Ferrari fait partie du rêve de bon nombre de personnes, surtout des amateurs de voitures. Il faut débourser des centaines de milliers d’euros pour en avoir une sortie de l’usine, le groupe ne produisant qu’environ 10 000 véhicules par an. Certains modèles ne sont même produits qu’à quelques dizaines d’exemplaires voire moins.

Pour acheter une Ferrari il faut, en outre, se mettre sur liste d’attente, liste qui est gérées par une seule personne : Enrico Galliera. Il est le Directeur Marketing et Commercial de la marque et décide qui aura le droit, ou non, d’avoir un des bolides à peine sortis de l’usine. Naturellement, il ne se charge pas de gérer les ventes en deuxième main, le propriétaire faisant ce qu’il veut.

C’est donc lui qui va dire si oui ou non vous aurez droit d’acheter votre voiture de rêve, en présupposant que vous ayez l’argent pour.

Les voitures neuves interdites aux employés de la marque

Très demandées, les Ferraris neuves nécessitent parfois d’attendre plusieurs années. Certains modèles sont même épuisés avant la sortie du tout premier.

Enrico Galliera a expliqué à Carscoops comment obtenir une Ferrari et c’est assez simple : il suffit d’avoir ses faveurs. Être un ancien client aide beaucoup d’ailleurs, mais ce n’est pas le seul critère : les versions ultra-limitées sont refusées même aux meilleurs d’entre eux. Être ultra-riche, n’est pas suffisant : certains se font recaler malgré leur fortune.

En tout cas, il y a un paramètre qui joue à chaque fois : les employés n’obtiennent jamais de Ferrari neuve même s’ils en demandent une. La politique appliquée est assez logique : si les clients doivent attendre des années avant d’avoir leur Ferrari ça ne fera pas une bonne publicité à la marque si des employés recevaient la leur avant les clients.

Seule exception : les pilotes de Formule 1. Ils sont les seuls employés de la marque à pouvoir acheter une Ferrari neuve et espérer l’obtenir. Alors si vous voulez une Ferrari neuve devenez pilote de Formule 1 ou… ne travaillez pas chez Ferrari.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Si vous voulez une Ferrari n’allez pas travailler pour… Ferrari !»

Laisser un commentaire

* Champs requis