Bars et discothèques fermés, le tapage nocturne explose à Paris

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 23 décembre 2020 à 11h07
Fete Musique Cout Etat Communication
68 EUROSL'amende forfaitaire pour tapage nocturne est de 68 euros en France.

Avec la Covid-19, se retrouver entre amis est quasiment impossible : les bars, les restaurants et les discothèques sont fermés pour éviter une augmentation des contaminations. Les Français sont invités à la vigilance et à réduire au maximum les interactions qui pourraient se révéler dangereuses. Mais malgré le risque, les fêtes privées ont explosé.

Près de 1.000 PV pour tapage nocturne à Paris en trois mois

La chaîne LCI dévoile, le 22 décembre 2020, les données de la préfecture de police sur les procès-verbaux pour tapage nocturne, donc pour les nuisances sonores. Malgré un reconfinement en novembre 2020, et un couvre-feu depuis le 15 décembre, le nombre de fêtes a explosé. Des petites fêtes de quelques personnes, mais qui ont fortement ennuyé les voisins des organisateurs.

Ainsi, selon LCI, pas moins de 997 PV ont été dressés entre le 25 septembre 2020 et le 20 décembre 2020… pour la seule ville de Paris. L’augmentation est plus que significative : le nombre de PV a explosé, +145% par rapport à la même période en 2019… lorsque les lieux de vie étaient ouverts et que les Français se retrouvaient entre amis en dehors des petits appartements.

Une hausse qui concerne surtout Paris intra-muros

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce sont bien les Parisiens qui ont organisé des fêtes clandestines. Bien plus que les habitants des départements voisins. Ainsi, toujours selon LCI et la préfecture de Police, si on prend en compte toute l’agglomération parisienne (Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne), l’augmentation du nombre de PV dressés tombe à 55%. Et lorsqu’on ne prend en compte que les trois départements voisins, les hausses restent très limitées : +2% dans le Val-de-Marne, +10% dans les Hauts-de-Seine, +23% en Saint-Saint-Denis.

Les Parisiens apparaissent donc comme les mauvais élèves… à moins que ce soient ceux qui ont les voisins les moins tolérants ? On parle bien de PV pour tapage nocturne… et donc d’une intervention de la police, qui a été appelée par les voisins.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Bars et discothèques fermés, le tapage nocturne explose à Paris»

Laisser un commentaire

* Champs requis