Environnement : bureaux et magasins vont devoir éteindre leurs lumières la nuit

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 1 juillet 2013 à 1h31

Lights off. À partir du 1er juillet, aujourd'hui donc, tous les bureaux, commerces et autres bâtiments non résidentiels ont l'obligation d'éteindre leurs éclairages la nuit entre 1h et 7h du matin.

Qui va devoir éteindre la lumière en partant ? Les commercants, dont les vitrines ne devront plus être allumées la nuit, mais aussi les patrons et les employés qui vont devoir s'assurer que les façades de leurs bureaux ne brillent plus de mille feux.

Objectif : faire des économies mais aussi protéger l'environnement

Comme l'explique le gouvernement, l'objectif de cette mesure est double. Elle permettra d'abord une économie de 200 millions d'euros, l'équivalent de la consommation annuelle d'électricité de 750 000 ménages. Elle contribue également à la préservation de la biodiversité, en évitant l'émission de 250 000 tonnes de CO2 et de pollutions lumineuses inutiles.

En revanche, ne sont pas concernés par cette mesure : les éclairages publics, notamment ceux des voies réservées à la circulation et ceux destinés à assurer la sécurité des bâtiments, et enfin les éclairages intérieurs des logements et ceux des parties communes.

A Paris, les immeubles pourront garder leurs lumières allumées la nuit

Certaines dérogations sont tout de meme prévues, notamment pendant les périodes de fêtes, dans les zones touristiques et lors d'événements exceptionnels. Ainsi Paris, souvent baptisée la Ville Lumière, fait partie des villes exonérées de cette nouvelle obligation, tout comme les centres historiques de Marseille, Lyon ou Nice.

Des contrôles seront effectués par les maires et les préfets et les impétrants pris en flagrant délit d'éclairage nocturne devront payer une amende de 750 euros.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.