Le crédit d’impôt compétitivité emploi disponible dans une semaine pour les PME et TPE

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 14 février 2013 à 6h07

Alors que les délais de paiement inter-entreprises s'allongent considérablement en ce début d'année, mettant en péril la trésorerie de bien des TPE et PME, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi est sur le point d'arriver. Concrétement, à partir du 19 ou 20 février, les PME qui le souhaitent pourront solliciter la BPI, la Banque Pubique d'Investissement, en passant en fait par Oséo, pour mobiliser jusqu'à 4 % de leur masse salariale brute (plafonnée à 2,5 SMIC) sous forme de prêt. Dans les faits, la BPI, tout comme les banques privées, ne devraient financer que 85 % du crédit d'impôt dont les entreprises bénéficieront en 2014.

Pour celles qui pourront patiententer encore deux mois, c'est à dire jusqu'en avril, ce sont leurs propres banques (dites de bas de bilan, la banque de tous les jours, qui encaisse et paye) qui pourront leur prêter sur la base du futur CICE. En théorie, comme les banques privées pourront se refniancer auprès de la BPI, et demander une garantie Oséo à hauteur de 50 % du prêt, le taux proposé devrait être inférieur à une facilité de caisse ou à un découvert autorisé. On parle ainsi de 3 à 4%.

Quant aux TPE, les entreprises de moins de 10 salariés, un "dispositif spécifique" sera mis en place, toujours en avril, pour permettre à leurs banques commerciales de leur proposer des facilités de caisse augmentées d'une partie du montant du CICE, sans avoir à monter de trop grosse usine à gaz. Concrétement, une TPE de 3 salariés qui réalise un demi-million de chiffre d'affaires peut escompter sur un crédit d'impôt emploi compétitivité de quelques milliers d'euros. Pas de quoi non plus changer diamétralement sa capacité d'embauche ou d'investissement, ni la situation de sa trésorerie à long terme...

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).