Forex : les réserves de change de l’Inde dépassent celles de la Russie, la Suisse toujours troisième

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Partenaire Modifié le 24 mars 2021 à 16h17
Forex Reserves De Change Inde
590 milliards $Les réserves de l'Inde ont connu un record à 590 milliards de dollars au cours du mois de janvier dernier.

Les réserves de change de l’Inde ont récemment dépassé celles de la Russie. Le classement des autres pays a cependant peu bougé. Le point sur ce que cela veut dire pour l’économie internationale et l’attrait du Forex en 2021.

Comprendre la notion de « réserves de change »

On peut d’abord rappeler ce que sont les réserves de change. Et pour cela, il faut commencer par le rôle des banques centrales. Celles-ci sont l’épine dorsale économique d’un pays. Elles gèrent les capitaux et détiennent les réserves du pays dans la monnaie fiduciaire utilisée (l’euro en France, la livre au Royaume-Uni, etc.).

Mais les banques centrales servent aussi de réserves pour les devises étrangères (Foreign Exchange ou Forex). On appelle « réserve de change » les montants en devises étrangères de réserve, c’est-à-dire suffisamment stables. On y trouve par exemple le dollar (USD), l’euro (EUR), le yuan (RMB), le franc suisse (CHF) ou encore la livre sterling (GBP). Il n’y a pas de restrictions à la quantité ni à la nature des devises détenues par les banques centrales.

Bien que cela ne soit pas strictement correct, l’or est souvent inclus dans les réserves de change, étant donné sa place prédominante dans l’économie moderne. On y trouve aussi les droits de tirage spéciaux, qui sont des instruments monétaires créés par le Fonds Monétaire International (FMI). Il s’agit de paniers de devises servant spécifiquement à compléter les réserves Forex d’un pays : ils incluent le dollar, l’euro, la livre sterling, le yen et le yuan.

Pourquoi les réserves de change sont-elles cruciales pour l’économie globale ?

Si les réserves de change des différents pays sont tant observées, c’est parce qu’elles sont souvent indicatrices de la santé économique d’un pays. Elles servent en effet à « adosser », c’est-à-dire à maintenir le prix des devises du pays. Le cours de la devise locale est en effet garanti par les réserves d’un pays. Plus celles-ci sont élevées, plus la devise est en théorie solide.

Pendant des siècles, c’est l’or qui jouait ce rôle. Mais les choses ont changé suite aux différentes crises économiques globales. En 1971, le président américain Richard Nixon renonce à l’étalon-or. Depuis, ce sont les réserves des banques centrales qui adossent les devises, et plus uniquement l’or. Les réserves Forex permettent ainsi aux pays de jouer sur le taux de change d’une devise. Récemment, la banque centrale de Turquie a par exemple relevé son taux directeur, ce qui a fait flamber la livre turque (TRY).

Il faut noter que les pays ayant des taux de change relativement stables (les États-Unis et la zone euro par exemple) ont moins besoin de réserves de change. À l’inverse, les pays en développement ont besoin de plus de réserves Forex pour maintenir leur économie. C’est le cas de la Chine, qui possédait en février 2021 plus de 3 300 milliards de dollars de devises Forex et qui semble parvenir à éviter la crise pour l’instant.

Les réserves Forex de l’Inde dépassent maintenant celles de la Russie

C’est pourquoi le dépassement de la Russie par l’Inde est notable. Selon la Reserve Bank of India (RBI), les réserves de l’Inde ont connu un record à 590 milliards de dollars au cours du mois de janvier dernier. Elle dépasse donc d’une courte tête la Russie, à 580 milliards de dollars. Cela montre une solidité nouvelle pour l’économie indienne : les réservent peuvent maintenant couvrir 18 mois d’importation. L’Inde est donc maintenant placée 4e du classement, derrière la Chine, le Japon et la Suisse.

En Europe, la Suisse première suivie par l’Allemagne et la France

Dans le cas des pays européens, c’est donc la Suisse qui dispose donc des réserves Forex les plus importantes – et de loin. Ce sont 1 000 milliards de dollars de devises, or et droits de tirage spéciaux qui sont détenus par sa banque centrale. Elle est suivie par l’Allemagne (12e place du classement général), avec 266 milliards de dollars. La France se retrouve en 14e place avec 221 milliards de dollars. Il faut noter que la Banque de France s’est montrée plus optimiste que pour 2020, car elle prévoit une croissance du PIB de +5,5 % en 2021 et +4 % en 2022.

L’attrait du Forex se propage aux particuliers

Au-delà des banques centrales, le marché des devises étrangères est en train de devenir global. L’arrivée de grandes entreprises du Web ont rendu accessible le trading Forex à une population qui jusque-là ne pouvait pas miser sur les devises étrangères.

Preuve de cette démocratisation : la valeur totale de l’industrie du Forex a explosé en quatre ans, passant de 1,934 quadrillion de dollars en 2016 à 2,4 quadrillons en 2019. Ce sont 6 600 milliards de dollars qui ont été échangés chaque jour sur les marchés en 2019.

Un site de trading Forex comme IronFX attire ainsi les particuliers grâce à son compte démo, des frais de transaction nuls, ainsi que des bonus de parrainage allant jusqu’à 1 000 dollars. Le site utilise MetaTrader 4, la plateforme la plus largement utilisée par les traders Forex à l’heure actuelle.

En 2021, le Forex représente le marché le plus important au monde en termes de volume de trading, de liquidité, et de valeur. Sa grande accessibilité (il est ouvert 24h/24) lui permet de continuer à susciter l’intérêt de traders débutants comme confirmés, sans oublier les institutionnels. Ceux-ci sont représentés par les banques bien sûr, mais aussi les très nombreux courtiers. Leur poids est considérable et permet d’avoir une vraie influence sur le taux de change des devises.

Malgré les craintes de l’inflation, le marché des devises est donc plus important que jamais. Pour preuve, la stratégie de la Chine, qui a décidé à la fin de l’année 2020 de consolider sa position de leader, en augmentant davantage ses réserves de change. Le classement des pays devrait donc peu bouger d’ici à la fin du premier semestre 2021.