Loi de finances : austérité et hausse d’impôts au menu

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par JOL Press Publié le 28 septembre 2012 à 10h25

Un Conseil des ministres exceptionnel ce vendredi 28 septembre. Exceptionnel, d’abord, parce qu’il a été reporté de deux jours en raison du voyage à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies du président de la République. Exceptionnel, surtout, car le gouvernement doit adopter le premier projet de loi de finances du quinquennat Hollande. Les Français sauront enfin ce qui les attend et cela tient en quelques mots : austérité et hausse des impôts.

François Hollande est un homme de parole. Le 9 septembre dernier, sur le plateau du 20 heures de Claire Chazal, le président de la République avait évoqué 20 milliards de hausses d’impôt et 10 milliards de réduction des dépenses publiques. Chose promise, chose due. Avec des impôts nouveaux et des dépenses publiques moindres, le gouvernement compte réaliser en 2013 une économie de 37 milliards d’euros.

La cure d’austérité va bien au-delà de ce qui a été amorcé en 2012. C’est historique : jamais un tel plan de rigueur n’a été appliqué en France. Tel est le prix à payer pour respecter les engagements pris auprès des instances européennes et maintenir le déficit public dans la limite des 3 % du PIB.

La France suit le mouvement des autres pays européens qui, l’un après l’autre – comme l’Espagne ce jeudi 27 septembre – adoptent des budgets de rigueur et imposent l’austérité à leurs peuples. Toute politique alternative conduirait à sortir du rang européen mais surtout amènerait à prendre le risque d’une sanction sur les marchés financiers – quelque peu calmés, en cette rentrée, par les engagements pris par l’ensemble de la zone euro à Bruxelles et l’annonce d’une intervention prochaine de la BCE sur les marchés obligataires.

Tout faux pas entrainerait une hausse des taux d’intérêt et la marge de manœuvre est étroite. On ne connait pas encore le détail des mesures prévues par cette loi de finances mais celles-ci devraient être conformes aux annonces faites par François Hollande au début du mois. D’autant plus qu’elles ont été confirmées par des fuites savamment orchestrées.

Pour parvenir à l’objectif des 3%, le gouvernement s’appuiera sur des impôts nouveaux. Les ménages les plus aisés sont ciblés avec une série de mesures fiscales temporaires. Une nouvelle tranche d’imposition devrait être créée pour les foyers dont les revenus annuels dépassent les 150 000 euros par part.

Les plus riches, ceux qui gagnent plus d’un million d’euros par an, paieront un impôt plus lourd avec la création de la taxe à 75 % pour la tranche supérieure au seuil des un million. Le barème des impôts qui évolue en fonction de l’inflation sera par ailleurs gelé l’an prochain. Dans la réalité, toutes les couches de la population seront affectées car les entreprises qui elles aussi sont sollicitées vont répercuter la hausse des taxes sur leurs clients.

Franck Guillory

Cliquez ici pour lire la suite de l'article sur JOL Press...

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde". Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l’information, qu’elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.

Aucun commentaire à «Loi de finances : austérité et hausse d’impôts au menu»

Laisser un commentaire

* Champs requis